Parc Griffith

Parc Griffith


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Situé à Los Angeles, Griffith Park est le plus grand parc municipal avec zone sauvage urbaine aux États-Unis. Il s'étend sur plus de 4 200 acres de terrain naturel couvert de chaparral, ainsi que des parcs paysagers et des aires de pique-nique. Le parc a été nommé d'après son ancien propriétaire, le colonel Griffith J. Il a fait don de 3 015 acres de ses terres aux habitants de Los Angeles. comme cadeau de Noël en décembre 1896.Griffith Park présente des plantes indigènes de Californie telles que le chêne, le noyer, le lilas, l'acajou de montagne, la sauge, le toyon et le sumac.De nombreuses attractions récréatives ont été ajoutées au parc. Il existe de nombreuses attractions familiales, des institutions éducatives et culturelles, des sentiers de randonnée et d'équitation, du golf, un amphithéâtre grec, un observatoire et une salle des sciences.


L'histoire : Griffith Park

Tout a commencé avec les autruches. Enfin, pas vraiment, mais tu ne penses pas que ça aurait dû ? En fait, Griffith Park a commencé avec une malédiction. Lorsque le propriétaire initial de Griffith Park, Don Antonio Feliz est décédé de la variole en 1863, il a légué ses vastes terres à Don Antonio Coronel. Par la suite, sa nièce aveugle et démunie de 17 ans, Dona Petronilla, a maudit la terre - un grand malheur viendrait à celui qui la possédait.

Un par un, la famille de Coronel mourut de malheur et de maladie. Il a laissé la terre à sa femme, qui s'est remariée seulement pour que son mari essaie de divorcer et d'obtenir la terre pour lui-même. Le propriétaire suivant a essayé de le développer comme une ferme laitière, pour être anéanti par la pluie et les dettes.

Griffith Park (anciennement appelé Rancho Los Feliz) a été acheté par le colonel Griffith J. Griffith (ses parents doivent l'avoir détesté) en 1882. Il avait fait son argent dans l'extraction du charbon, et il a commencé un ranch d'autruches sur la propriété, où trente de les oiseaux vivaient. Bien que les plumes d'autruche soient populaires dans la mode à l'époque, le principal intérêt de Griffith pour la ferme était d'attirer les gens vers ses propriétés voisines. Les gens passaient et regardaient les animaux se faire plumer. (Ce qui, juste au cas où cela vous dérangerait, ne nuit pas aux autruches.)


Histoire

Faisant à l'origine partie de la concession foncière espagnole Rancho Los Feliz, le parc porte le nom de son ancien propriétaire, le colonel Griffith J. Griffith. Né dans le Glamorganshire, dans le sud du Pays de Galles, Griffith a émigré aux États-Unis en 1865, faisant finalement fortune personnelle dans les mines d'argent mexicaines et, par la suite, dans l'immobilier du sud de la Californie. En 1882, Griffith s'installe à Los Angeles et achète une partie de 4 071 acres du Rancho Los Feliz, qui s'étend vers le nord depuis les limites nord du Pueblo de Los Angeles. Le 16 décembre 1896, Griffith a légué 3 015 acres (soit cinq milles carrés) de son domaine Rancho Los Feliz en cadeau de Noël aux habitants de Los Angeles pour les utiliser comme parc. "Il faut en faire un lieu de récréation et de repos pour les masses, un lieu de villégiature pour la base, pour les gens ordinaires", a déclaré Griffith à cette occasion. « Je considère qu'il est de mon devoir de faire de Los Angeles une ville plus heureuse, plus propre et plus belle. Je souhaite payer ma dette de devoir de cette manière à la communauté dans laquelle j'ai prospéré. Parc à sa taille actuelle. Griffith est décédé en 1919, mais a laissé un important fonds en fiducie pour réaliser les deux grands rêves qu'il avait pour le parc : la construction d'un amphithéâtre de spectacles (le Théâtre grec, construit en 1930) et d'un observatoire et d'une salle des sciences (l'Observatoire Griffith, ouvert en 1935. )


Griffith Park hanté, Los Angeles.

Avec beaucoup les sentiers explorer, grottes à découvrir et rochers à escalader sur les 4 3000 acres de terrain, et avec un zoo et les jardins botaniques, l'observatoire, le théâtre grec, le centre national d'Autry, le musée de la ville de voyage, le Sunset Ranch Hollywood, les promenades en poney Griffith, la location de vélos spokes n stuff et le célèbre panneau Hollywood, et sans parler Les fantômes de Griffith ET une malédiction, il y a du plaisir pour toute la famille ici avec beaucoup d'espace à explorer.

Ainsi, lorsque les adultes jouent avec les evp, les enfants pourraient jouer avec les poneys.

Brève histoire du parc maudit.

Cet immense terrain s'appelait autrefois Rancho Los Feliz, qui appartenait aux Felinez.

Don Antonio Feliz vivait sur le terrain avec sa sœur Soledad et sa fille de 17 ans Dona, qui était apparemment aveugle.

En 1863, Don contracta la variole, qui c'est la mort, mais sur son lit de mort, il reçut la visite de Don Antonio Coronel et de son avocat, également nommé Don. Les deux Dons, dont l'un était fragile et pas vraiment avec, ont rédigé un nouveau testament pour Feliz. Rancho Los Feliz serait laissé à Coronel et NON à la sœur ou à sa nièce.

Furieux sans rien recevoir, la nièce de Feliz, Dona, a jeté un sort au Coronel, à l'avocat et à toute autre personne impliquée, elle a même maudit la terre lui-même. Elle a ensuite, pour sceller l'affaire pour l'éternité, s'est suicidée, et le La malédiction de Griffith Park a commencé.

Peu de temps après, Coronel a été abattu et sa famille est également morte de maladies et le malheur, et la vie du juge a également été écourtée. La jeune femme de Coronel qui n'est pas décédée s'est remariée avec un CV Howard, les choses n'ont pas fonctionné et le couple a rapidement divorcé, la terre a été divisée mais Howard a vendu sa part pour un gros profit, tout en célébrant sa nouvelle fortune qu'il était abattu.La terre est ensuite passée à Leon "Lucky" Baldwin qui a créé un ranch et une ferme laitière. Léon est rapidement devenu Baldwin « Malchance », son bétail est mort de maladie et les sauterelles ont mangé toutes ses récoltes et les incendies ont détruit tout ce qui restait. Il a fait faillite et a dû vendre la terre pour payer ses dettes, la malchance de Baldwin a rapidement pris fin lorsqu'il a été abattu.

Thomas Bell était le prochain propriétaire foncier, un financier de San Francisco, mais il ne possédait pas le terrain assez longtemps pour la malédiction prendre effet. Il vendit le terrain à un

La malédiction s'est tue pendant un moment, et Griffith a permis à « Frank Burkett » d'ouvrir une ferme d'autruches sur ses terres. La malédiction a frappé avec une vengeance. D'énormes éclairs sont venus du ciel, frappant de nombreux chênes. Les ouvriers du ranch prétendent que pendant la tempête ils ont vu le fantôme de Don Feliz sous la pluie.

Une fois que l'esprit de Don est venu, c'est tout, il n'a jamais quitté le parc Griffith et a continué à hanter la terre et a été principalement vu près de la zone "Bee Rock".

Griffith était pétrifié et n'allait jamais dans son pays qu'à de brèves occasions et jamais après midi.

Pour tenter de se sauver de la malédiction et se débarrasser du fantôme, Griffith a fait don de 3,015 acres de terrain à la ville de Los Angeles en 1896.

Son plan n'a pas tout à fait fonctionné pour lui et la malédiction rongeait lentement sa paranoïa.

Il était convaincu que sa femme catholique et le pape voulaient voler sa fortune et étaient complot pour l'empoisonner. Au moment des repas, il échangeait l'assiette de sa femme avec la sienne. Sa paranoïa a finalement eu raison de lui et il a tiré sur sa femme pendant leur séjour à l'hôtel Arcadia à Santa Monica, mais il a échoué et elle a survécu.

Il a été condamné à 2 ans pour tentative de meurtre et a passé le temps à San Quentin.

Une fois que nous avons été libérés, personne ne voulait plus rien avoir à faire avec Griffith et tous ses efforts pour agrandir le parc ont été vains, mais il a déjà créé un fonds d'affectation spéciale pour faire construire l'observatoire et le théâtre grec après sa mort en 1919

La table de pique-nique des amoureux, était le dernier acte de malédiction rapporté qui s'est produit en 1976.

Deux personnes amoureuses qui étaient des amours d'enfance. Rand Garrett, 22 ans, musicien prometteur et sa petite amie de 20 ans, Nancy Jeanson, qui réalisait son rêve de devenir actrice, passaient un après-midi romantique sur la table de pique-nique quand, de nulle part, un arbre leur tomba dessus et les écrasant jusqu'à leurs morts.

Décès à Griffith Park.

Le parc Griffith a eu sa juste part de décès, de accidents tragiques (ou causé par la malédiction) à suicides et le âmes assassinées dont les corps ont été jetés et jetés, certains des corps, ou devrais-je dire leurs ossements, n'ont été découverts que récemment par des promeneurs.

Un couple utilisant l'un des nombreux sentiers du parc est tombé sur un crâne humain, on pense qu'il s'agit d'une jeune femme d'une vingtaine d'années et aurait pu rester ici sans être découvert pendant 10 ans. Mais ce n'était pas le seul crâne découvert. En 2010 un autre crâne a été découvert, et était là depuis environ 2 ans, aucun autre reste n'a été trouvé.

En 2012, une autre paire de randonneurs est tombée sur un tête coupée qui se trouvait sous le signe d'Hollywood, la police a vite trouvé plus de parties du corps d'une main et d'un pied enterrés dans une tombe peu profonde, l'autre main a été retrouvée un jour plus tard, mais aucune autre partie du corps n'a encore été découverte.

Un autre cadavre d'homme a été retrouvé dans le parc, cette fois son corps était intact, et on pense qu'il s'agit du suicide d'un délinquant sexuel de 26 ans.

La liste ne fait que s'allonger découvertes horribles, et avec les vastes sentiers, les rochers et les grottes du parc, il y a sans aucun doute d'autres âmes perdues enterrées dans ces terrains effrayants.

Les fantômes de Griffith Park.

Ok, donc nous allons commencer par où et avec qui cela a commencé. Don Feliz et la malédiction.

La première observation du fantôme de Don était quand l'énorme tempête a frappé les chênes et son esprit a été vu chevauchant les vagues de pluie.

Puis il a décidé d'organiser une fête organisée dans le parc par des personnes influentes et de haut vol. Le sien apparition fantomatique a surgi au-dessus de la table de banquet, puis a chevauché les invités sur son cheval fantomatique. C'est une façon d'arrêter une fête.

L'esprit de Don est à ce jour rapporté comme étant vu à cheval à travers le parc et est souvent vu et entendu en riant alors qu'il se tenait au sommet des rochers en regardant les gens.

La nièce de Don et celui qui a jeté la malédiction.

On voit le fantôme de Dona errer dans tout le parc vêtu d'une robe blanche fluide, et le personnel la voit souvent au siège. Elle aime aussi monter son cheval dans le parc, mais on la voit surtout l'emmener au galop à minuit.

On dirait qu'il ne pouvait pas échapper à la malédiction après tout.

Un autre fantôme, que l'on pense être Griffith Griffith est un autre amoureux des chevaux, semble-t-il.

Il y a aussi beaucoup de rapports de son fantôme chevauchant dans le parc.

Ce mot célèbre n'a pas besoin d'être présenté, mais qui aurait pu hanter un tas de lettres.

En 1932, une jeune actrice d'origine britannique "Peg Entwistle" calme et collectivement, a gravi les 50 pieds "H" a soigneusement placé son manteau et son sac, puis s'est plongée de "Hollywood"

Peg n'a jamais quitté Hollywood, même après que son corps a été retrouvé le lendemain et enlevé.

Son esprit est souvent vu errer sans but dans le quartier d'Hollywood dans le parc Griffith.

Depuis la mort tragique de Rand et Nancy, il y a eu quelques de vrais événements étranges et effrayants qui se passent autour de la table de pique-nique et arbre tombé qui les a tués.

Après l'accident, l'un des gardes du parc a été chargé de couper et d'enlever l'arbre tombé, mais les choses ne se sont pas déroulées comme elles auraient dû.

Il est rapporté qu'à la minute où il a commencé à accomplir la tâche qui lui était assignée, il a eu le sentiment le plus étrange, il est devenu tout à fait étrange et soudainement se sentait froid jusqu'aux os. Il a continué à couper l'arbre en petits morceaux et tout à coup, l'arbre a commencé à secouer violemment, puis le des cris et des cris l'entouraient. Il a alors entendu des murmures à son oreille et quelqu'un lui a dit de "Laisse-nous tranquille”. Le ranger n'a pas traîné et a sauté dans son camion pour s'enfuir mais le moteur ne voulait pas démarrer, le ranger a eu la chance de s'échapper, le moteur a vite démarré et il était éteint.

L'arbre est resté là tel qu'il était pendant un mois environ, jusqu'à ce que Denis Higgs le superviseur aille faire le travail lui-même. Il a été trouvé le lendemain matin près de l'arbre morte. La tronçonneuse de la lame avait été en quelque sorte pliée en forme de « U ». La conclusion était que Higgs est mort d'un crise cardiaque mais beaucoup ne sont pas d'accord. Apparemment, ses cheveux étaient devenus blancs et son expression faciale était celle de quelqu'un de pétrifié.

Après que les autorités ont terminé leur enquête, il est rapporté que Higgs corps a été traîné sur le sol et avec l'état de ses mains et de ses ongles, il semblait qu'il avait été attaqué.

Encore à ce jour, les gens rapportent une sentiment étrange ici et d'autres ont prétendu entendre quelqu'un leur dit de les laisser tranquilles.

Il n'y a pas de nom pour le petite fille fantôme qui est souvent vu courir frénétiquement dans le parc et demander de l'aide aux gens

Mais on pense que ce petit fantôme perdu est celui d'une fille qui est entrée dans le parc et qui est morte.

Merry Go round, Observatoire et Ville de Voyage.

Un inconnu esprit On rapporte qu'on le voit très souvent au manège, et on le voit monter et descendre les marches des bâtiments voisins.

Son apparition est tellement vue que de nombreuses équipes d'enquête sur les fantômes ont été appelées pour voir ce qu'elles peuvent découvrir, y compris l'équipe de "Ghost Adventures".

Je ne serais pas du tout surpris si quelques autres fantômes inconnus apparaissent bientôt dans le parc Griffith, alors surveillez cet espace!


Descendre à Griffith Park : une histoire

De sa fondation en 1896 par un homme du nom de Griffith J. Griffith (oui) à son utilisation moins connue comme camps d'internement japonais-américains pendant la Seconde Guerre mondiale à nos jours, Griffith Park a eu une histoire secrète fascinante et troublante.

Oh, et avons-nous mentionné que c'est extrêmement gay?

Avant Stonewall, le parc était l'un des endroits les plus notoires de L.A. pour que les hommes partent en croisière pour le sexe après la tombée de la nuit. Il a fallu John Rechy pour mettre Griffith Park sur la carte culturelle en tant que point névralgique de croisière après que son roman de 1967 "Numbers" ait détaillé une rencontre fortuite dans la célèbre enclave tentaculaire entre Los Feliz et les montagnes de Santa Monica.

Rechy revisitera Griffith Park dans son œuvre, dans « This Day’s Death » (1969) et « The Sexual Outlaw » (1977), comme un lieu de danger et de désir. Comme son personnage de "Day's Death" Jim Girard, Rechy avait été arrêté à Griffith Park et encourait une peine de cinq ans de prison pour avoir sollicité des relations sexuelles, comme il l'a dit à la Los Angeles Review of Books. "Les vice-flics, le tribunal, les avocats, le juge, le déplacement incroyable du procès dans l'arène sexuelle de Griffith Park afin que le juge puisse" voir par lui-même "", tout a eu lieu pour Rechy à l'époque où Griffith Park était un site de sexe anonyme, accompagné de la menace d'une accusation criminelle.

« Les délinquants sexuels peuvent être interrogés par la police à tout moment en relation avec de vrais crimes sexuels », a écrit Rechy dans « The Sexual Outlaw », « peu importe à quel point la nature est éloignée de la base de l'arrestation initiale. Des vies détruites sans discernement. Des emplois perdus, des familles brisées. Peur constante, rage.

C'est peut-être la raison pour laquelle le parc a été choisi comme site d'un Gay In en 1968, un mouvement audacieux vers l'acceptation et la vie à l'air libre.

Le jour du souvenir de 1968, des hommes et des femmes se sont réunis au Griffith Park Merry-Go-Round pour entendre Mike Hannon, un policier devenu avocat et militant des droits civiques, parler des défis d'être homosexuel dans une société homophobe. Il ne nous reste plus grand-chose pour nous souvenir de cette journée, mais nous savons qu'elle a inscrit Griffith Park dans la mémoire publique gay en tant que lieu révolutionnaire. Quelque part où les histoires de gays pourraient être racontées – éventuellement – ​​au grand jour.


150 ans de malheur dans le Griffith Park de L.A. : une malédiction, des fantômes et, maintenant, le crâne d'une femme inconnue

Il y a des grottes creusées dans des canyons, des falaises abruptes, des sentiers sinueux et des pics escarpés, le tout à peine à plus d'un kilomètre de l'autoroute, mais apparemment un monde à part. C'est ce qui rend le parc Griffith accidenté et montagneux si attrayant pour les cinéastes - il a abrité la grotte des chauves-souris, une cachette pour Kevin McCarthy et Dana Wynter dans l'original "Invasion of the Body Snatchers", une colonie pénitentiaire klingon dans le Star Trek séries.

Mais le parc de Los Angeles a suffisamment d'histoire étrange et parfois sombre pour un film à part entière. On dit qu'il est habité par des fantômes et hanté par une malédiction vieille de 150 ans. Et il a été le théâtre d'un certain nombre de meurtres mystérieux au cours des dernières années, dont un qui se déroule toujours.

Cela a commencé plus tôt ce mois-ci, lorsqu'une paire de randonneurs est tombée sur un crâne humain partiellement découvert sur un sentier secondaire peu fréquenté à quelques pas du célèbre panneau Hollywood du parc. Les enquêteurs du service de police de Los Angeles et du bureau du coroner ont afflué sur place, selon KPCC, à la recherche de preuves d'une scène de crime. Mais ils n'ont rien trouvé.

Un peu plus d'une semaine plus tard, un anthropologue légiste du bureau du coroner affirme que le crâne appartenait à une femme qui avait au moins 20 ans au moment de sa mort, selon le Los Angeles Times. Le fragment d'os se trouve dans le parc depuis au moins un an, et jusqu'à 10. Mais on ne sait toujours pas qui était la femme, ni comment elle est morte.

Lorsque les journalistes se sont rendus dans le canyon le matin suivant la découverte du crâne, les randonneurs qu'ils ont rencontrés semblaient effrayés mais pas entièrement surpris par la découverte.

« C'est assez rugueux. Et beaucoup d'arbustes et de buissons », a déclaré Paula Mindays à KABC. « Une fois que vous sortez des sentiers battus, tout peut se passer là-bas. »

Griffith Park est l'un des plus grands parcs urbains du pays - 4 210 acres de montagnes rocheuses parsemées de décombres et de pentes couvertes de chaparral. Un zoo, un observatoire, des musées et un amphithéâtre jalonnent le parc. Mais son intérieur est robuste et distant.

Le parc serait maudit depuis ses débuts. Au milieu du XIXe siècle, c'était un vaste et riche ranch appartenant à un riche célibataire, Don Antonio Feliz, qui y vivait avec sa gouvernante et sa nièce Petranilla. En 1863, alors que le Don mourrait de la variole, un homme politique local influent nommé Antonio Coronel vint rédiger le testament de Feliz. Coronel et son avocat ont affirmé que Feliz avait donné son assentiment au document, qui laissait le ranch au politicien et rien pour Petranilla. Mais d'autres disent qu'un bâton était attaché à la tête de l'homme malade, le forçant à hocher la tête alors que le testament était lu à haute voix pour son approbation.

Quoi qu'il en soit, Petronilla était furieuse du résultat : « La substance de la famille Feliz sera votre malédiction ! jura-t-elle, selon la légende (tel que rapporté par le Glendale News-Press). "La colère du ciel et la vengeance de l'enfer tomberont sur ce lieu."

La malédiction des Felize n'est peut-être qu'un mythe. Mais il est vrai que le ranch qui allait devenir Griffith Park a changé de mains avec une rapidité déconcertante au cours des 30 années suivantes – et que ses nombreux propriétaires ont continué à subir des sorts désagréables. Coronel a rapidement cédé la propriété à son avocat, qui a été abattu alors qu'il célébrait la vente des droits d'eau du terrain. Le propriétaire suivant a tenté de transformer le ranch en une entreprise laitière, mais le bétail est tombé malade et est mort, et les sauterelles et les incendies ont démoli les récoltes. Pendant le mandat de son dernier propriétaire, Griffith J. Griffith, un orage a fait tomber d'énormes peuplements d'arbres et a envoyé un mur d'eau en cascade à travers les canyons, ruinant une grande partie du ranch. Selon le livre Victorian Los Angeles, les mains du ranch ont affirmé avoir vu le fantôme de Feliz chevaucher les vagues sur une colline, acclamant la disparition de son successeur.


Zoo du parc Griffith

Zoo du parc Griffith était un zoo appartenant à la ville de Los Angeles, en Californie, qui a ouvert ses portes en 1912 et a fermé en 1966 avec l'ouverture du zoo de Los Angeles. Le site abandonné du zoo de Griffith Park, avec les ruines d'enclos d'animaux, est maintenant une aire de pique-nique et un sentier de randonnée à Griffith Park. [1]

Le premier zoo de Los Angeles était le zoo d'Eastlake à East Los Angeles, qui a ouvert ses portes en 1885. [2] : 37 Le zoo de Griffith Park a ouvert ses portes en 1912 avec un grand total de 15 animaux. Le nouveau zoo a été construit sur le site de l'ancienne ferme d'autruches de Griffith J. Griffith. [2] : 35 Au milieu des années 1920, le producteur de films William Nicholas Selig a fait don de plusieurs des animaux de ses studios, qu'il avait tenté de convertir en parc à thème animalier, au nouveau zoo. [3]

Il a été agrandi dans les années 1930 par des équipes de travail de la Works Progress Administration. [2] : 35 La plupart des enclos ont été construits dans le style des grottes avec des barres de fer qui était alors la norme pour les zoos. [4]

Au fur et à mesure que Los Angeles grandissait, le petit zoo de Griffith Park était de plus en plus critiqué comme une « collection inadéquate, moche, mal conçue et sous-financée de cages défoncées », [5] malgré le fait qu'il attire plus de 2 millions de visiteurs par an. [6] En 1958, la ville a adopté une mesure de caution de 8 millions de dollars pour créer un tout nouveau zoo. [2] : 35 Le zoo de Griffith Park a fermé en août 1966 et ses animaux ont été transférés au nouveau zoo de Los Angeles à 3 km de là, qui a ouvert ses portes en novembre 1966. des bancs ou des tables ont été installés dans certains d'entre eux. [8]

En raison de sa proximité avec Hollywood et la plus grande industrie cinématographique de LA, et son apparence inhabituelle, le zoo a été utilisé comme lieu de tournage pour de nombreux projets cinématographiques et télévisuels. Le zoo a été montré dans au moins deux épisodes de Starsky & Huche, ("Paria" et "Bloodbath"), ainsi que dans le Frites épisode "Supercycle". La zone est également montrée dans le drame policier basé sur l'histoire récemment réalisé Verseau, situé juste après la fermeture du zoo. Il a également été utilisé dans deux épisodes de Les nouvelles aventures de Wonder Woman intitulé "Mind Stealers from Outer Space" Pts I & II. C'était "la cachette de Zed" dans Académie de police 2 : leur première mission [9] et a été utilisé dans le Heure de pointe épisode de la série télévisée « Playlist du capitaine Cole ». Il figure également dans le film indépendant de 2012 de Sean S. Baker intitulé 'Starlet'


Découvrez ce qui se passe à North Hollywood-Toluca Lake grâce aux mises à jour gratuites en temps réel de Patch.

En fin de compte, la malédiction de Dona Petronilla a été accomplie. Les propriétaires des terres sont morts de morts ignobles et violentes. Et, doué pour le peuple, Griffith Park ne rend personne riche comme Dona Petronilla a juré qu'il ne le ferait jamais. Pourtant, certains pensent que le fantôme de Dona Petronilla n'est pas satisfait de l'accomplissement de sa malédiction sanglante. On dit que son fantôme vengeur hante le pays, une dame en robe blanche apparaissant aux randonneurs et aux visiteurs au fil des ans.

De toutes les observations supposées de fantômes rapportées au fil des ans, la dame en blanc est une apparition qui apparaît plus que toute autre. Pour beaucoup, il est normal qu'elle hante le parc car c'est elle qui l'a maudit. Mais selon le folklore, Dona Petronilla n'est pas la seule à hanter les collines. L'actrice Peg Entwistle qui a tristement sauté à la mort du "H" dans le panneau Hollywood en 1932, est censée surprendre les randonneurs, apparaissant dans tous ses vêtements hollywoodiens des années 1930.


Parc Griffith - Histoire

Les gens pourraient supposer que Griffith Park a été nommé d'après D.W. Griffith, le réalisateur du film de 1915 Naissance d'une nation, mais ils auraient tort. Le parc faisait autrefois partie d'une vaste concession de terres qui comprenait l'est d'Hollywood, ainsi que les régions de Silver Lake et de Los Feliz à Los Angeles, en plus des canyons et des collines qui composent la bordure est des montagnes de Santa Monica.

En 1775, Juan Bautista de Anza a mené une expédition à travers la Californie du Sud, et l'un de ses soldats, le Cpl Jose Vicente Feliz, a été récompensé pour ses efforts avec cette terre, nommée Rancho Nuestra Senora de Refugio de Los Feliz, bientôt abrégé en Rancho Los Féliz. En 1882, après être passé entre les mains d'autres immigrants anglo-saxons, cette terre a été vendue au colonel Griffith J Griffith, l'un des personnages les plus colorés de Los Angeles. Alcoolique et mécréant général, il était aussi journaliste, magnat de l'immobilier et philanthrope. Il a grandi pauvre au Pays de Galles et a compris la valeur des aires de loisirs publiques.

En 1896, Griffith a offert à la ville de Los Angeles 3 015 acres de terrain. La ville était ravie de recevoir les droits d'eau qui allaient avec la propriété, mais n'a pas fait grand-chose pour transformer la zone en parc. En 1903, Griffith est allé en prison pour avoir tenté d'assassiner sa femme alors qu'il était sous l'influence, et la ville horrifiée a changé le nom de Mt. Griffith en Mt. Hollywood.

À son retour de San Quentin, Griffith a offert à la ville un autre legs, cette fois cent mille dollars pour construire un observatoire. L'argent a été refusé, de même que son offre de cinquante mille dollars pour construire un amphithéâtre grec. Sans se laisser décourager, Griffith a placé l'argent dans une fiducie pour la ville. Il est décédé en 1919, et une décennie plus tard, alors que les scandales liés à son nom étaient passés sous le radar des habitants de la ville, Los Angeles a décidé d'utiliser l'argent. Le théâtre grec a été achevé en 1930 et l'observatoire Griffith en 1935. Le planétarium était le troisième à être construit aux États-Unis et est toujours gratuit pour le grand public.

Avec ses quatre mille trois cent dix acres, Griffith Park est l'un des plus grands parcs urbains des États-Unis. En revanche, le Golden Gate Park à San Francisco fait mille dix-sept acres, tandis que Central Park à New York ne fait que huit cent quarante-trois acres. Aujourd'hui, le parc est l'une des principales zones de loisirs de Los Angeles, avec des sentiers de randonnée, des aires de pique-nique, un zoo, un manège historique, trois terrains de golf et plusieurs attractions de type musée.


Griffith Park dessine bien sûr les corps, généralement vivants, mais trop souvent non. (En 1990, le LA Times a rapporté que dix cadavres avaient été retrouvés dans le parc sur une période de deux ans.) Parfois, les corps étaient retrouvés intacts (y compris les victimes de l'étrangleur Hillside), d'autres fois en morceaux. (y compris la tête décapitée trouvée près du panneau Hollywood en 2012 - des membres supplémentaires ont été trouvés éparpillés dans d'autres parties du parc.)

Commençons par examiner la malédiction présumée qui pourrait être à l'origine de tous les maux qui affligent Griffith Park, puis plongeons-nous dans certaines des histoires de fantômes les plus récentes et des activités surnaturelles présumées.

La légende la plus connue de Griffith Park, et celle à laquelle on attribue le plus d'observations de fantômes, est la malédiction que Dona Petronilla a placée sur le terrain en 1863. Après avoir appris que son oncle, le riche baron des terres Don Antonio Feliz, n'avait pas légué la propriété à elle, la jeune fille de dix-sept ans, a crié avec colère que le bétail et les champs tomberaient malades et mourraient et que personne ne profiterait jamais de cette terre. Quant au nouveau propriétaire de la terre et à l'homme qui aidé à l'acquisition, Peronilla a juré, "l'un mourra dans une mort prématurée et l'autre dans le sang et la violence."

Sa proclamation violente n'était peut-être pas simplement par dépit, car il y a un débat pour savoir si Feliz malade a négligé Pétronille de son propre gré ou a été mis à profit sur son lit de mort.

Quoi qu'il en soit, jusqu'à ce jour, la terre est en proie à des incendies de forêt désastreux, et de nombreux Angelenos associés à la terre ont connu un destin tragique. Selon Michael Imlay, un expert de la malédiction et de ses retombées, C.V. Howard, qui a négocié la vente des droits d'eau du terrain, a été abattu dans un saloon local. Un propriétaire ultérieur a été tué par des banditos lors d'un voyage au Mexique. Et, bien sûr, il y avait le colonel Griffith J. Griffith, que la malédiction était le plus déterminé à affliger.

Griffith a acheté le terrain en 1882, et presque dès le début, Pétronille a fait connaître sa fureur. Dans son livre, The Ghost Hunter’s Guide to Los Angeles, Jeff Dwyer écrit :

…sécheresses, incendies et autres catastrophes… une violente tempête a balayé le bassin de L.A., arrachant la végétation du rancho et tuant une grande partie du bétail. Pendant la tempête, plusieurs personnes ont vu le fantôme de Dona Petranilla dériver, renouvelant sa malédiction.

Puis, en 1891, Griffith a réussi à survivre après qu'un rival commercial l'a abattu avec un fusil de chasse à l'extérieur du cimetière Old Calvary (maintenant un lycée sur N. Broadway). C'était trop difficile à gérer pour Griffith, et à partir de 1896, il commença à donner gratuitement de grandes parcelles de terrain aux citoyens de Los Angeles.

La malédiction de Petronilla a finalement fait son apparition en 1903 lorsque Griffith a tiré sur sa femme dans un hôtel de Santa Monica. Elle a survécu, mais Griffith a été condamné à San Quentin pour voies de fait avec une arme mortelle. Même si Griffith aurait été un homme sobre, le cours a attribué son crime à la "folie alcoolique". Pétronille riait sûrement dans sa tombe.

Sans surprise, les observations de fantômes les plus fréquentes dans Griffith Park sont attribuées à Griffith, Petronilla ou Feliz.

Le fantôme de Dona Petronilla est la plus courante, décrite comme une jeune femme vêtue d'une robe blanche, montant parfois un cheval blanc. À minuit, elle serait souvent vue dans le Paco Feliz Adobe, "regardant depuis les fenêtres d'adobe les nuits sombres et pluvieuses", selon le site Weird California. L'adobe est la plus ancienne structure restante du parc et sert actuellement de quartier général des Rangers de Crystal Springs.

Le folkloriste californien Horace Bell a écrit qu'en 1896, le Fantôme de Don Antonio Feliz (oncle de Petronilla), est apparu lors d'une fête célébrant le transfert du terrain de Griffith à la ville, choquant les invités précédemment festifs. Feliz a pris un siège habituellement réservé à Griffith et a proclamé : « Je viens vous inviter à dîner avec moi en enfer. En votre grand honneur, j'ai amené une escorte de sous-démons. Les lumières se sont éteintes et une cacophonie de gongs et de cymbales a rempli la pièce. Il n'y a aucun rapport indiquant si la scène était ou non une farce élaborée car, selon Bell, tous les invités ont fui avant que les démons ne soient arrivés.

Le fantôme de Feliz serait toujours en train d'errer à cheval dans son ancien ranch, le plus souvent repéré près de Bee Rock, près de l'ancien zoo. Il convient également de noter que certaines personnes pensent que Bee Rock ressemble au visage de Dona Petronilla.

Les Fantôme de Griffith J. Griffith a souvent été aperçu, également à cheval, en train de contrôler l'entretien du terrain.

Le signe d'Hollywood

En 1932, l'actrice désemparée Peg Entwistle est décédée du signe H dans le panneau Hollywoodland. Les personnes qui regardaient le panneau après la tombée de la nuit ont rapporté avoir vu une jeune femme sauter du H, disparaître avant de toucher le sol. D'autres observations attribuées à Entwistle incluent celles d'une femme correspondant à sa description et à ses vêtements d'époque errant dans les sentiers du parc, ainsi qu'en remontant le chemin entre le panneau et son ancienne résidence sur Beachwood Drive. L'odeur du gardénia, son parfum de prédilection, a été signalée s'attarder près de son esprit.

The Hollywood sign has two live webcams available to peek at 24/7 if you’d like to ghost hunt from the comfort of your home.

The Haunted Picnic Table

On the day before Halloween, 2006, a curious article appeared on the “L.A. Tirnes” website commemorating a freak accident that occurred 30 years earlier in a northwest corner of the park. A young couple, making love on a picnic bench off Mt. Hollywood Drive, were crushed by a falling tree. According to the story, a chain of workers hired to clear the tree fell sick or were injured before they could finish the job, including a supervisor who was found dead of an apparent heart attack at the scene. While the article has been dismissed as a hoax, sightings of a ghostly couple in the area persist, and people familiar with the tale have arranged pilgrimages to the site in the hopes of witnessing paranormal activity.

The Old Zoo

Laurie Stinchield, Pet Psychic, writes that when she and her film crew visited the old zoo grounds in July, 2010, she “buckled over in nauseau.” She envisioned malnourished big game cats resorting to cannibalism, among other suffering animals:

…a monkey accidentally hanging himself from spinning from psychosis, elephants with sore infected pussy feet, and a komodo dragon peering out of the darkness. Even the skeptics bow their heads. The suffering seems to stick to our breaths.

The Beast of Griffith Park

Whether it’s a werewolf, a demon promised by Don Feliz, or a drug induced hallucination, there is a creature within Griffith Park that has rumored to exist over the past decades.

In October, 2005, three men allegedly retreated from a late night excursion into the park after an encounter with a beast that had green skin and red hair. Lirpa, the internet poster who shared the tale, said that she was visited by the men immediately after their experience. Perhaps to prove they weren’t making the story up, she had the men each draw what they saw separately. With minor variations, she wrote that their sketches all matched what they’d described to her.

“Its legs were very long as well as its feet and it was talking huge strides as it made its way down the street,” she wrote. “Its back was bent back and its neck was very long and was bent forward. They said no human could be bent like this thing was. Its eyes were black, but it did have the whites as well.”

More recently, an 11 year old boy named Jack wrote on the “Weird CA” site that on a 2009 visit he was chased by “an unusually large coyote.” Reaching the top of a hill, he saw another kid around his age, and warned him about the coyote. “I’m quite glad you warned me,” the kid told Jack, then handed him an old firecracker. “Here, take this, its good luck.” The kid then ran through some bushes and onto a small path. Fearing the coyote, Jack tried to follow him, but never caught up, and never saw the kid, or the coyote, again.

The Merry Go Round

Luis Alvarado, the Honorary Mayor of Griffith Park, reportedly encountered a ghost on two occasions by the merry go round. One night, while checking to help ensure all visitors had left the park at the sunset closing time, Alvarado watched as a man descended a staircase in the vicinity only to disappear when hitting the last step. Alvarado looked around to see if perhaps the man had disappeared into behind a tree, but could find no trace. A few nights later, Alvarado was spooked when the scene repeated itself.

The Observatory, Travel Town, and Points Between

According to Los Angeles ghost expert Richard Carradine, the number of reported ghost sightings at both Travel Town and the Observatory became so frequent that the city brought in experienced teams to investigate the source of the alleged paranormal activity. Even with the use of EVP monitors and other advanced equipment, they found nothing to explain the sightings.

Besides being a hotbed of supposed supernatural activity, Griffith Park has also attracted vagrants, gangs, and pranksters over the years. There are any number of explanations for the tragic events and unusual sightings over the years.

If you know of any other Griffith Park hauntings, or can contribute to the above, let us know and we’ll look into the reports and possibly add them to the above. “Scare and balanced” is our motto. At CreepyLA, we’ll continue to report what we hear.


Griffith Park’s Aerial Tram: History Repeats

We are asking our members to send emails in opposition to the aerial tram. There are many reasons to oppose it and we’ve listed FoGP’s most salient points below. If any of these statements capture your sense of outrage, please feel free to expand upon it and add in other thoughts as well.

After carefully studying the four aerial tram routes Friends of Griffith Park opposes tous these routes for the following reasons:

  • Permanent destruction of open space, habitat, and wildlife is inevitable.
  • The stated purpose of the aerial tram (transit) is simply a pretense for further development into this urban wilderness, while alternatives that would aid in the reduction of tourist traffic and associated problems lie on the shelf collecting dust.
  • This massive infrastructure undertaking will lead to large-scale closures to hikers, equestrians and other park users during a long, expensive construction period.
  • Col. Griffith’s gift to Los Angeles would be dishonored and could affect the good intentions of other philanthropists in the future.
  • The Vision Plan and the Historical-Cultural Monument designations would both be rendered obsolete.

If you don’t have time or would feel more comfortable using our sample letter (below list of recipients), feel free to copy and paste to ALL city official email addresses –or– if you prefer to send only to individual recipients, you can choose from the Individual Recipients list.

If however, you prefer to make a call, be sure to clearly state that you oppose all routes of the proposed tram and speak from the heart about what concerns you.

If you’re leaving a message, make sure to include your name, address, and phone number. And remember, as Congressman Adam Schiff recently reminded us, your voice matters and will undoubtedly determine the future of the project.

Dear City Officials and Aerial Tram Consultants,

A Brief Background

The history of Griffith Park is as complex as the history of Col. Griffith J. Griffith, and the current problems related to traffic and parking are equally complex and in need of a holistic approach as any proposals will have far-reaching effects on the Park as well as this community.

This property was initially donated to Los Angeles on December 16, 1896, by Col. Griffith J. Griffith and his wife, Mary Agnes Christina Mesmer and included 3,015 acres of what was then known as Los Feliz Rancho. Later, Griffith’s son would add an additional 351 acres of land bordering the Los Angeles River. Originally Griffith Park was located far from the city center but Griffith foresaw the city’s expansion eventually the City of Los Angeles stretched to Griffith Park boundaries, bringing vehicles loaded with day tourists and picnickers who desired a respite from the city.

After many years of uncontrolled use of this parkland, it became clear Griffith Park was in need of protection and in response, the Griffith J. Griffith Charitable Trust submitted an application for landmark status that would encompass the entire park. In January, 2009, L.A. City formally adopted Historic-Cultural Monument #942, making Griffith Park the “largest urban wilderness park in the United States.” The designation stipulated that “large portions of this landscape appear to retain integrity dating back to the period of the Gabrielino Indians… the earliest known inhabitants of the region.” Also noted, according to the Nouvelles quotidiennes, the application filed by the Griffith J. Griffith Charitable Trust identified 36 elements making the 4,218 (now 4,310)-acre park culturally significant, including the Greek Theatre, Griffith Observatory, Mt. Hollywood Tunnel, bird sanctuary, Bronson Caves, the Hollywood sign and Feliz Adobe. “The Wilderness Area is a Historically Sensitive Resource,” per the Monument status documentation (defined explicitly with mapping).

In the 1960s moves were made to alleviate some of the problems associated with increased traffic, created by the overlap of Park/surrounding community/freeway access. While we may think aerial trams are a new concept to help control the traffic, in truth, they are not. A proposal to insert an aerial tram was proposed, and soundly rejected by the community as it would significantly impact the Park and in no way alleviate traffic impacts.

Early Aerial Tram Proposals

To quote Yogi Berra, “It’s like déjà vu all over again.” In addition to building an aerial tram in the Park in 1942, a revolving restaurant was proposed for the top of Mt. Hollywood and the ridge was extensively graded. Didn’t you wonder why the top of Mt. Hollywood looks so unnaturally flat? The plan eventually died because of World War II and a lack of funding.

In 1960 and again in 1967-1968 plans for an aerial tram resurfaced like a dead body in a river. It was Recreation and Park’s (RAP) solution to alleviating traffic congestion at Griffith Observatory. This time there were two competing proposals for a revolving restaurant and Hollywood Museum although neither was received with enthusiasm. Councilman Art Snyder took a position opposing any aerial tram in Griffith Park. “Not only will such a project inject commercialism into the park and destroy its atmosphere, but it will cause additional traffic congestion in the areas most congested today … it will destroy the usefulness the Griffith Park trail system for amateur riders.”

Snyder was joined in opposition by Councilman Marvin Braude, chair of the Recreation and Parks Committee. “Our people care about these mountains and they do not want them scarred with garish commercial developments. The best thing we can do about the natural beauty of our land is preserve it as a priceless heritage which we are duty-bound to pass on to our children.”

The Los Feliz Improvement Association (LFIA) led the charge in opposing the aerial tram. Snyder received hundreds of letters supporting his opposition to an aerial tram “It will permanently deface the skyline.” “It is contrary to Griffith’s donation as it will give a portion of the park to commercial interests.” “It would be the desecration of one of California’s finest municipal natural parks.” “It would be disastrous to property values.” “It would be using a public park for private gain.” “What use does the city have for another carnival?”

Gordon Whitnall of the Griffith Trust said, “We have an obligation to Col. Griffith to accomplish that which he had in mind, Nature was his objective.” The PTA stated, “All parks should be used for recreational purposes.” The League of Women Voters declared, “Parks should be contrasts to urban development.” Hollywoodland Improvement Assn. said, “We cannot make a gift of property to private enterprise.” The Los Feliz Improvement Assn. objected to the high visibility of the system on the south slopes of the mountain, “Keep the park available to the people.”

Sound familiar?

Back in 2003, the city hired an outside consulting group, Melendrez Design Partners, to create a Griffith Park Master Plan that would become a roadmap for its future. Prior to start of the plan, three workshops were held to gather input and ideas from the public. The public sent a clear message to the consultants … leave the park alone because the public loves it the way it is now.

Two years and $400,000 later, the city publicly released the plan. Needless to say, the public was horrified at what had transpired behind closed doors. Among the exploitative attractions proposed were two aerial trams, a commercial pleasure pier bordering the river, a culinary school, and an “eco-hotel.”

The community of Griffith Park patrons and protectors soundly rejected the Melendrez Plan. They also shamed the city for the wasteful expenditure. Eventually, with support from RAP and the council district (CD4) office, a community-based Master Plan Working Group was formed. The 11-member panel met for eight years with the public in attendance at regular meetings. The end product was a draft Master Plan more fitting to the spirit of Colonel Griffith’s gift. The document recognized this park for the people of Los Angeles was created so the community could escape the hustle-bustle of urban living by returning to nature. The concept of Griffith Park as urban wilderness was embraced.

Ultimately, the draft Master Plan, sterilized by the city, was adopted by L.A. City Council, and signed by Mayor Garcetti as “A Vision for Griffith Park” in January 2014. The Vision Plan clearly spells out concerns about preservation of wildlife, wildlife corridors, native species and park biodiversity. “Recreation & Parks should avoid… negatively impact[ing] the natural environment of the Park as well as mobility, views, wildlife corridors or landscaping of the Park. (p.46) The plan was also concerned about the park becoming a victim of privatization and commercialization. Under the heading Avoid Evicting or Displacing Established Park Users: “Ensure that no decision as to the addition, demolition or replacement of a facility results in an existing Park user no longer having access to necessary facilities.” (p.56)

In 2020, the “Save Griffith Park” car stickers may again need distribution as the aerial tram clearly stands at odds with many recommendations outlined in the Vision Plan. “At this time, there is no clearly identified need for new recreational rides, such as railroads, aerial tramwaysor funiculars.” (p.70) The community’s determination to protect the country’s largest urban wilderness park can be extremely powerful, especially in light of the City’s current aerial tram scheme.

The aerial tram – once again revisited

Fast forward to 2020 as another proposal to install a “closed loop” aerial tram in Griffith Park begins to take shape. While we are being told that we are currently in the feasibility stage of such a project, after carefully studying all of the information presented by Stantec (engineering) and Consensus (outreach/consulting) we are nothing short of alarmed at what is being considered.

What is at stake is a massive, commercial infrastructure system that will have permanent, far-reaching, and devastating impacts on the park. Specifically, this aerial system would be extensive with 2.5 miles of towers, cables, and gondolas traversing the Wilderness Area.

What will this aerial tram look like? Towers looming 45-100 ft. overhead along heavily trafficked trails, supporting 25-95 gondolas ferrying 8-10 people per gondola. Several routes further necessitate an 8000 sq. ft., 26 ft. tall angle station mounted atop the scenic ridgeline of “Baby Bell.” A sprawling, 20,000 sq. ft. “corral/viewing station” holding as many as 2,000 visitors per hour. This is not something that has any place in Griffith Park, now or ever!

It is difficult to mentally grasp the enormity of such an ill-advised proposal. To give you a better sense of the sheer scale, we have commissioned several renderings to help visualize the true impact if this scheme is executed.

Luckily, we’re not alone in this fight. YOU have a voice as well and we implore you to use it. Please fill out the survey so Consensus and the City can appreciate your opposition to the further commercialization and destruction of our beloved park. The park has faced numerous threats over the years, and while trams are not a new one, this proposal is here, now.

It’s time… add your voice to PROTECT GRIFFITH PARK!

Spectrum News weighed in and although the reporter gave an incomplete overview of the Griffith Park Aerial Tram issues, at least they discussed potential degradation to the Park’s flora/fauna.

For those interested in learning more about the Dixon Report, the full report can be accessed here.
More information on project scope and impacts can be accessed at UrbanizeLA
Another way to voice your opposition to the project… Sign the petition at the Sierra Club Campaign

If there was ever any debate whether this was an “entertainment” ride to the Hollywood Sign, these articles make it abundantly clear where Warner Bros. fit in…
Recent article in the LA Times regarding Warner Bros. withdrawal from consideration
Another article in Variety similarly sums this Warner debate nicely
FoGP boardmember Carol Brushe has penned an article for her local Glendale homeowner newsletter


Voir la vidéo: Yosemite National Park Vacation Travel Guide. Expedia