Gadgets obligataires

Gadgets obligataires


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Explorez l'exotique Counter Spy Shop à Beverly Hills, en Californie, un endroit où toutes les formes imaginables de technologie d'espionnage sont à vendre.


TRICHE HONORABLE : repaire du volcan (vous ne vivez que deux fois)

De côté Docteur Non - 'non' pour pratiquement aucun gadget - 'Tu ne vis que deux fois' est le seul film de James Bond sans un seul appareil portable. Maintenant, cela dit, nous couvrons également les maisons intelligentes ici à Wareable dans le cadre de l'auto connecté et équipés d'un système de haut-parleurs d'interphone complet, d'installations de lancement de fusées, d'une passerelle rétractable au-dessus d'un aquarium tueur de piranha et de son propre système de monorail, Le QG du volcan Spectre de Blofeld est-il certainement l'un des meilleurs exemples de maison intelligente des années 1960 dans l'histoire du cinéma ? Nous vous laisserons celui-là.


Il est bien moulé

Huit acteurs différents ont joué le personnage de James Bond au fil des âges, imprégnant l'espion d'humeurs différentes, tout en conservant son caractère essentiel.

Chacun de ces acteurs, de Sean Connery, à l'origine du rôle, à Roger Moore, Timothy Dalton, Pierce Brosnan et maintenant Daniel Craig, est resté fidèle au mélange inhérent de ténacité et de classe de Bond.

"Ils ont fait très attention à choisir les bonnes personnes au bon moment", a déclaré Desowitz.

Sean Connery, en particulier, a préparé le terrain pour les obligations à suivre. Il a mélangé son héritage écossais robuste avec un élément essentiel d'élégance pour représenter l'agent de renseignement débonnaire.

"Je ne pense pas que cela aurait duré s'ils avaient choisi quelqu'un d'autre que Sean Connery", a déclaré Desowitz. "Il était si unique. Il était dans le moule de Cary Grant, seulement plus rude et encore plus dangereux."


007 Gadgets et Voitures

Bond comptait parfois sur un stylo étrange pour le sortir d'une égratignure. Dans Goldeneye, Q a donné à Bond un stylo Parker argenté explosif. Il contenait un fusible de quatre secondes qui était armé en cliquant simplement trois fois sur le dessus.

Comme pour de nombreux gadgets Bond, le stylo explosif était au cœur d'un élément clé de l'intrigue. À la fin du film, le méchant de Bond, Alec, prend le stylo et commence à cliquer dessus. Bond compte le nombre de clics et avec son timing parfait habituel, il parvient à jeter un stylo dans une flaque de liquide inflammable pour provoquer une distraction lui donnant, ainsi qu'à Natalya, suffisamment de temps pour s'échapper.

Un excellent exemple de la façon dont les gadgets Bond deviennent aussi importants que les personnages

9. Lotus Esprit (L'espion qui m'aimait, 1977)

La Lotus Esprit était un gadget Bond génial. Ce n'était peut-être pas l'Aston Martin classique le plus souvent associée à 007, mais c'était ma voiture Bond préférée. Je possédais même une boîte d'allumettes de l'Esprit qui était ma fierté et ma joie.

Dans L'espion qui m'aimait, Bond était doté d'un Lotus Esprit personnalisé qui pouvait se transformer en sous-marin lorsqu'il était dans l'eau, le gadget parfait pour aider Bond à traquer le méchant Karl Stromberg dans son repaire sous-marin. En entrant dans l'eau, les roues de l'Esprit se sont tournées vers l'intérieur pour révéler quatre ailerons latéraux et un périscope est sorti du toit. Il a même tiré des missiles pour se défendre.

Un super gadget Bond qui a certainement captivé mon imagination quand j'étais enfant (en regardant les rediffusions à la télévision, je m'empresse d'ajouter !) et n'a certainement pas nui aux ventes de la Lotus Esprit dans le monde réel.

8. Téléphone mobile Ericsson (Demain ne meurt jamais, 1997)

Même le suave M. Bond est devenu "mobile" dans les années 1990. Dans les années 1997, Tomorrow Never Dies, dix ans avant qu'Apple ne lance l'iPhone, Bond a reçu le premier vrai smartphone. Son mobile Ericsson comportait un scanner capable de lire les empreintes digitales, idéal pour identifier les méchants par les empreintes digitales qu'ils laissent derrière eux. Le téléphone pouvait également être utilisé pour conduire sa BMW 750iL, ce qui s'est avéré utile dans la poursuite en voiture du parking à plusieurs étages de Bond.

La caractéristique numéro trois était une clé squelette de haute technologie qui permettait à 007 de crocheter les serrures lors de l'effraction du siège de Carvers Hamburg. Et enfin, comme le montre la photo, le téléphone Ericsson pourrait produire un choc de 2 000 volts que Bond utilisait pour pénétrer dans le bureau de Gupter, puis pour choquer le Dr Kaufman à l'hôtel.

Ce gadget était le produit d'une imagination fantastique à l'époque où les téléphones portables à peu près passaient des appels téléphoniques et la messagerie texte n'avait pas encore fait son chemin.

7. Montre Rolex (Vivre et laisser mourir, 1973)

Aucun tour d'horizon des meilleurs gadgets Bond ne serait complet sans au moins une montre. Bond a peut-être essayé l'Omega Seamaster dans des films plus récents, mais lorsque Ian Fleming a écrit les romans originaux de Bond, il portait la Rolex Oyster Perpetual Submariner. Alors que les Omega comportaient des lasers impressionnants capables de couper la glace et le métal, le Rolex Bond a été donné dans Live et Let Die avait l'avantage. Les crackpots de Q-Branch lui ont donné deux fonctionnalités supplémentaires.

Premièrement, la montre pourrait se transformer en un puissant électro-aimant, suffisamment puissant pour dévier la trajectoire d'une balle à longue portée. Bond a testé cela en magnétisant la cuillère M’s, à son grand dam. La deuxième fonctionnalité s'est avérée être une bouée de sauvetage. La lunette s'est doublée d'une scie circulaire qui a permis à 007 de couper les cordes qui l'avaient piégé et de s'échapper d'un voyage à sens unique dans un bassin de requins mangeurs d'hommes.

Un gadget emblématique basé sur une pièce d'horlogerie emblématique. La physique est peut-être ridicule, mais c'est pourquoi nous aimons les films de Bond !

6.BMW 750iL (Demain ne meurt jamais, 1997)

Tous les garçons rêvent d'une voiture télécommandée pleine grandeur ! Q a livré le jouet grandeur nature de Bond dans Tomorrow Never Dies alors qu'il était habillé en employé de voiture de location.

La BMW était à l'épreuve des balles, chargée de mini-missiles à toit ouvrant, de distributeurs de pointes métalliques, de grenades et d'un cutter caché derrière l'insigne BMW. C'est une liste coûteuse d'extras ! Impressionnant et très ‘Bond’, mais ce qui comptait vraiment, c'était le fait que vous puissiez la conduire comme une voiture télécommandée à l'aide d'un téléphone portable. Comme c'est cool…

Si seulement moi, cela pouvait se réaliser.

5. Porte-documents mortel (de Russie avec amour)

L'un des premiers gadgets Bond que nous avons inclus dans notre top dix, mais le plus meurtrier, était la "mallette mortelle". Une arme Bond classique déguisée en quelque chose qu'un gentleman porterait dans ses affaires quotidiennes.

À l'extérieur, cela ressemblait à une mallette en cuir noir normale, mais à l'intérieur, il contenait un fusil de snipers AR-7, 40 cartouches, un couteau de lancer qui sortait du côté, une bouteille de gaz lacrymogène déguisée en bouteille de de la poudre de talc et 50 souverains d'or au cas où 007 devait rentrer d'un État étranger après avoir voyagé avec XL ou pendant un « Credit Crunch ».

Alors que ce gadget n'était sans doute qu'une collection d'armes intégrées dans une mallette, il a fourni un modèle pour les gadgets Bond qui sont maintenant devenus des armes super sophistiquées sur lesquelles tous les hommes et les garçons bave au cinéma.

3. Mini-sous-marin crocodile (Octopussy, 1983)

L'un des modes de transport les plus amusants et les moins dignes que Bond ait dû endurer était le mini-sous-marin Crocodile. Le crocodile était propulsé par une hélice avec Bond à l'intérieur, sortant parfois la tête de la bouche du croco.

Cela peut ne pas sembler tout à fait convaincant, en particulier par rapport aux films CGI d'aujourd'hui, mais avec un peu de suspension d'incrédulité, vous pouvez profiter du passage sournois de Bond vers l'île secrète réservée aux femmes d'Octopussy, en passant devant les gardiens. Cela ressemble un peu au scénario d'une publicité Lynx!

Un gadget mémorable comme celui que nous ne verrons probablement pas dans les films les plus durs et les plus cool du New Bond.

2. Tueur de cornemuses (Le monde ne suffit pas, 1999)

Comment pourrions-nous ne pas inclure des cornemuses mortelles dans cette rafle ? Non, ce n'est pas le bruit qui fait glacer le sang qui a tué les gens, du moins pas dans cet exemple. Ces cornemuses ont été modifiées par Q et le gang pour inclure une mitrailleuse ET un ensemble de lance-flammes. Les jeunes joueurs de cornemuse de toute l'Écosse doivent être soudainement devenus les garçons les plus redoutés de l'école.

Malheureusement, ce gadget n'a jamais quitté le laboratoire.

1. Chapeau melon (Goldfinger, 1964)

Celui-ci est un peu une déviation parce que le chapeau melon tueur n'était pas un gadget de Bond, il a plutôt été utilisé avec un effet mortel par le mémorable homme de main miniature Oddjob.

Oddjob était le garde du corps personnel, chauffeur et caddie de golf d'Auric Goldfinger. Ses compétences au combat à mains nues, comme avec Jaws, étaient plus qu'un match pour 007 qui a dû recourir à une méthode plus astucieuse de « dispatch ».

Le chapeau avait un rasoir super tranchant dans le rebord qui pouvait trancher
à travers la chair et les os lorsqu'il est lancé comme un frisbee.

Le chapeau melon mortel n'est peut-être pas le gadget le plus sophistiqué, mais il est certainement mémorable.


Roger Moore avait les plus grands gadgets de l'histoire de Bond

Pour réviser cet article, visitez Mon profil, puis Afficher les histoires enregistrées.

Laurent MAOUS/Gamma-Rapho/Getty Images

Pour réviser cet article, visitez Mon profil, puis Afficher les histoires enregistrées.

À côté des martinis Vesper, James Bond est surtout connu pour ses gadgets. Au fil des ans, le MI6 l'a gardé équipé uniquement des meilleures voitures, montres-bracelets et armes. Aujourd'hui, Roger Moore, l'acteur qui a joué Bond dans sept films de 1973 à 1985, est décédé à l'âge de 89 ans. Pour honorer son tour emblématique en tant que personnage, voici un aperçu de tous les meilleurs outils de son métier, de la Lotus il a conduit (et immergé) dans L'espion qui m'aimait à la montre Seiko G757, précurseur de l'Apple Watch, dans laquelle il arborait Poulpe.

Rolex Submariner
Dans ce monde en constante évolution dans lequel nous vivons, Moore's Bond a toujours recherché les tout derniers gadgets qui sauvent des vies. Ce succès du début des années lui a fourni l'un de ses appareils les plus mémorables : une montre-bracelet truquée qui sert non seulement de scie à chantourner portable à déchirer les cordes --- avec des lunettes tournantes --- mais aussi d'électromagnétique portable -générateur de champ. Ce dernier est particulièrement pratique (et plutôt pratique) lorsque Bond tente de décompresser une robe portée par Miss Caruzo (Madeline Smith). C'est un mouvement typiquement effronté de Bond --- mais là encore, son cœur était un livre ouvert. — Brian Raftery

faux mamelon
Qui a besoin de gadgets sympas quand on peut se faire passer pour un méchant en enfilant un faux mamelon ? Dans L'homme au pistolet d'or, l'homme de main Lazar (Marne Maitland) a une boîte à cigarettes pleine de balles dorées, et l'agitateur Solex a la capacité de résoudre la crise énergétique de 1973 en utilisant le soleil, mais le meilleur gadget du film est le faux mamelon bien placé de Bond, qu'il utilise pour se faire passer pour l'assassin Francisco Scaramanga (Christopher Lee) et pénétrer dans le domaine du seigneur du crime Hai-Fat (Richard Loo). C'était super cool mais aussi super bizarre. Et oui, nous sommes heureux que Q soit également sorti de sa phase d'art et d'artisanat. —Charley Locke

Lotus Esprit
James Bond adore ses voitures chargées de gadgets, et Roger Moore a pu conduire la plus cool de toutes : un coupé Lotus Esprit blanc qui s'est transformé de manière convaincante en sous-marin. Il dispose de l'équipement supplémentaire habituel --- un lance-torpilles dans la calandre avant et un pulvérisateur de ciment à l'arrière pour aveugler les poursuivants. Mais les ailes s'étendent également dans les nageoires, le tableau de bord se retourne pour révéler des instruments marins, et Moore conduit la voiture d'un quai dans l'océan (« Pouvez-vous nager ? », demande-t-il sèchement à l'agent russe Anya Amasova (Barbara Bach) sur le siège passager ), où il disposait d'une toute nouvelle gamme d'armes. À la fin de la poursuite sous-marine, Moore pilote la voiture de la mer sur une plage bondée, baisse la fenêtre et jette un poisson. Fait amusant : Elon Musk a acheté la voiture en 2013 pour 1 million de dollars. —Jack Stewart

Pistolet à fléchettes au poignet
Il faut beaucoup de boules spatiales pour se faufiler dans un vaisseau spatial avec une arme chargée, mais Bond se débarrasse du méchant Hugo Drax (Michael Lonsdale) avec ce tueur astucieux et facile à dissimuler. Activé par les impulsions nerveuses des muscles du poignet, le portable mortel est équipé de 10 fléchettes : cinq ornées de têtes perforantes et cinq lacées de cyanure --- cette dernière causant la mort en 30 secondes, juste assez de temps pour que Moore distribue avec charme l'un des sa marque de fabrique Bond bons mots. — Brian Raftery

Identigraphe
Avant la reconnaissance faciale et la surveillance constante, des systèmes beaucoup plus rudimentaires identifiaient les méchants. Pour utiliser l'Identigraph, Bond et Q doivent indiquer à l'ordinateur les caractéristiques --- couleur des cheveux, style de lunettes, etc. --- qu'ils recherchent afin d'obtenir un composite 3D du visage d'un méchant. Une fois que Bond l'a décrit, l'Identigraph recherche son homme dans les bases de données d'autres agences d'espionnage. Située au siège du MI6, la machine --- inspirée du dispositif Identicast dont Ian Fleming a écrit dans Le doigt d'or---donne à Bond exactement ce dont il a besoin: une piste sur la façon de trouver l'exécuteur belge tacheté Emile Leopold Locque (Michael Gothard). —Angela Coupe-d'eau

Montre-bracelet Seiko G757
Le « dernier téléviseur à cristaux liquides » pour le poignet que Q a inventé en Poulpe était bien en avance sur son temps --- et des décennies en avance sur l'Apple Watch. Grâce à une mise à jour du dispositif d'autoguidage, la nouvelle version de Bond du Seiko G757 suit l'emplacement non pas pour géolocaliser l'happy hour ou la date Tinder le plus proche, mais pour traquer l'œuf de Fabergé. Q conserve un prototype en couleur de la montre, avec son cercle arc-en-ciel et sa géométrie lumineuse, dans son laboratoire du Rajasthan. Encore quelques années de bricolage et il pourrait être prêt pour la WWDC. —Charley Locke

Copieur de chèques
Pour être honnête, Tuer était l'un de ces films Bond dans lesquels les méchants avaient accaparé le marché sur des appareils sympas: Zorin (Christopher Walken) possédait un dirigeable qui lui permettait d'envoyer ses ennemis dans le ciel au milieu d'une réunion, tandis que Mayday (Grace Jones) brandissait ce ressemblait à une canne à pêche tueuse. Mais au moins Bond peut suivre une trace écrite avec cet appareil de lecture de chèques Louis Vuitton, qui utilise des rayons ultraviolets pour détecter les signatures laissées derrière. Est-ce le gadget le plus excitant de l'œuvre 007 ? Ce n'est pas! Mais au moins cela lui donne une vue sur un projet de loi. — Brian Raftery


Films d'espionnage et les émissions de télévision sont depuis longtemps les préférées du public. Les gens adorent regarder de beaux hommes en costume combattre les méchants, piloter des hélicoptères, tirer avec des armes à feu et surtout, utiliser leurs gadgets sympas. Depuis les années 60, de nombreux gadgets sont devenus populaires après avoir été utilisés dans un film ou une émission d'espionnage. Non seulement ils sont incroyablement cool à regarder, mais ils vous font penser pourquoi personne ne s'est jamais soucié de les concevoir pour de vrai.

Vous pouvez obtenir le câble pour regarder les films et les émissions de télévision. Vous pouvez également aller au cinéma pour regarder vos espions préférés en action. Bien qu'il existe des centaines de ces gadgets parmi lesquels choisir, voici les dix gadgets d'espionnage de films et de télévision les plus cool de l'histoire de la technologie.

Le Copter Hat (Inspecteur Gadget)
Imaginez avoir un chapeau qui a ses propres rotors ! L'inspecteur Gadget ne fait pas partie des espions les plus intelligents à avoir frappé l'écran, mais son mode de commutation bat même 007. Tout ce qu'il a à faire est de sortir l'hélicoptère de son chapeau et de survoler le trafic. Il n'a pas besoin de respecter une limitation de vitesse ou d'attendre que le signal passe au vert !

Téléphone à chaussures (devenez intelligent)
Get Smart reste l'une des émissions de télévision les plus populaires de tous les temps et rien ne vaut la magie technique du téléphone à chaussures. À l'époque de la diffusion de la série, personne n'aurait peut-être imaginé le bombardement de téléphones portables et de smartphones. Le Shoe Phone était à la pointe de la technologie il y a quatre ou cinq décennies.

Cigarette Dart Gun (vous ne vivez que deux fois)
Toute liste de gadgets d'espionnage est incomplète sans M. James Bond. Le super célèbre espion britannique orne le grand écran depuis 50 ans maintenant et chaque nouveau retour à l'écran propose une multitude de gadgets sympas. Dans You Only Live Twice, Bond vous présente le pistolet à fléchettes à cigarettes. Conçu comme la cigarette habituelle, il tire une fusée lorsqu'il est allumé ! Peut-être pas utile dans les endroits où il est interdit de fumer mais super cool quand même.

Bombe à mâcher explosive (Mission : Impossible)
Passant de la cigarette au chewing-gum (vous devez vous débarrasser de l'odeur de cigarette dans votre haleine), la sortie de 1996 Mission: Impossible a montré à quel point un bâton de Wrigley pouvait être mortel. Juste mâcher, jeter et bam! Courez pour votre vie comme Tom Cruise l'a fait.

Lunettes à rayons X (Le monde ne suffit pas)
L'une des sorties les plus récentes de Bond, The World Is Not Enough présente les lunettes à rayons X. En les portant, on peut repérer ce qu'une personne porte sous ses vêtements. Bond les utilise pour repérer les armes que portent ses ennemis. Vous pouvez les utiliser à d'autres fins moins nobles ! Depuis les années 60, certains gadgets sont devenus populaires après avoir été utilisés dans un film ou une émission d'espionnage.

Le briquet multi-usages (Our Man Flint)
Our Man Flint n'est pas un film d'espionnage en soi, considéré plutôt comme une parodie. Pourtant, il a un gadget extrêmement cool : le briquet avec 83 options. La durée du film n'a pas permis aux téléspectateurs de voir chacune de ces options, mais ils ont vu Flint couper l'acier et déclencher des explosions avec son briquet.

Le Neuralizer (Hommes en Noir)
Les Men in Black ont ​​la tâche enviable de traquer les extraterrestres et de s'assurer que personne ne les voit. Si quelqu'un a vu les extraterrestres, le MIB utilise son neuraliseur pour effacer sa mémoire de cette observation particulière. Imaginez toutes les choses que vous pourriez faire oublier aux gens ! Non seulement ils sont incroyablement cool à regarder, mais ils vous font penser pourquoi personne ne s'est jamais soucié de les concevoir pour de vrai.

Caméra vidéo à lentille de contact (I Spy)
Le port d'une lentille de contact dotée d'une caméra vidéo intégrée fait de vous l'espion le plus inoffensif de tous les temps. Sans tenir compte de l'impraticabilité de celui-ci, I Spy a montré à quel point il serait utile de transmettre les images vivantes de tout ce que vous voyez.

Le pistolet d'or (L'homme au pistolet d'or)
La troisième entrée de Bond sur cette liste, mais le Golden Gun n'appartenait pas à M. 007. C'était le méchant qui avait créé le Golden Gun, qui portait des balles en or. En plus d'être une arme à feu, il servait également d'allume-cigare, de bouton de manchette et de stylo. Le seul inconvénient est sa capacité à ne contenir qu'une seule balle !

Sonar de téléphone portable (The Dark Knight)
The Dark Knight n'est pas un film d'espionnage, mais il vous montre le gadget d'espionnage ultime : le sonar pour téléphone portable. Vous pouvez utiliser les signaux émanant des téléphones de chaque personne dans la ville et voir et entendre ce qu'elle fait. Vous n'avez même pas besoin de mettre des caméras ou des microphones pour utiliser le sonar de téléphone portable pour suivre les mouvements des gens.


Lampe chauffante

Après avoir réussi à détruire l'établissement pharmaceutique, Bond va s'occuper de ses dernières affaires - une beauté serbe nommée Bonita. Alors qu'ils s'embrassent, Bond voit dans ses yeux le reflet d'un homme de main sur le point de le frapper. Il retourne la fille, l'utilisant comme un bouclier et va combattre l'homme. Bond le jette dans un bain rempli d'eau et l'homme attrape l'arme de Bond. Juste à temps, Bond jette une lampe chauffante à proximité dans le bain, électrocutant l'homme de main à mort.

Ce qui rend la scène si mémorable, c'est la remarque de Bond à la fille alors qu'il part : "Choquant, positivement choquant". D'accord, une lampe chauffante n'est techniquement pas un gadget, mais elle est assez proche et l'imagerie est très impressionnante.


Années 1980

Le Walkman, lancé en 1979, est devenu notre appareil musical de prédilection tout au long des années 1980. Une révolution dans la musique et la technologie portable, le Walkman était si populaire qu'il s'est vendu à plus de 200 millions d'unités. &ldquoNe pensez pas qu'un lecteur de cassettes stéréo que vous pouvez écouter en vous promenant soit une bonne idée !&rdquo Président de Sony, Akio Morita. En 1987, les aides auditives numériques ont été lancées, révolutionnant le secteur de la santé.

&ldquoL'utilisation des applications de soins de santé, de bien-être et médicales a augmenté de 16 % par rapport à l'année dernière pour atteindre 28 % des consommateurs. Près des deux tiers des médecins ont déclaré qu'ils prescriraient une application pour gérer les maladies chroniques comme le diabète.&rdquo


Publié: 00:22 BST, 8 septembre 2020 | Mise à jour : 9 septembre 2020 à 10 h 43 BST

Qu'il s'agisse de lance-flammes de cornemuse, de parapluies brandissant des lances ou de voitures de sport qui se transforment en sous-marins, tout le monde a son gadget d'espionnage préféré de James Bond, grâce à la toujours pleine de ressources de la branche « Q ».

Alors qu'il a longtemps été supposé que le romancier Ian Fleming a utilisé un département du MI6 comme source d'inspiration pour les gadgets brillamment dingues de 007 – une capsule de requin qui explose, n'importe qui? – le crédit devrait en fait aller au MI9, ou «Military Intelligence 9», comme le révèle un nouveau livre, MI9: A History Of The Secret Service For Escape And Evasion In World War Two, par Helen Fry.

Un département si top secret que la plupart des gens n'en ont même jamais entendu parler, il s'est fortement appuyé sur les inventions d'un franc-tireur prématurément chauve appelé Christopher Clayton Hutton.

"Clutty", comme on l'appelait, était un ancien soldat, aviateur et journaliste, obsédé par l'évasion et les illusions depuis son enfance.

Christopher Clayton Hutton, l'inventeur de génie derrière les gadgets qui ont aidé les troupes britanniques et alliées à s'échapper pendant la guerre

Il était autrefois décrit comme «fou et brillant», et aurait donné au Q d'aujourd'hui une course pour son argent en matière d'inventivité.

Créé en 1939 et dirigé par le major Norman Crockatt (plus tard brigadier) et Clutty et Charles Fraser-Smith, un inventeur tout aussi brillant et ami proche de Ian Fleming, le MI9 était chargé d'aider les aviateurs et les prisonniers à rentrer chez eux derrière les lignes ennemies.

À cette fin, il a soutenu les réseaux de résistance et encouragé une philosophie de « l'esprit d'évasion », rappelant à chaque soldat qu'il était de son devoir d'essayer d'échapper.

Un seul aviateur a pris trois mois pour s'entraîner pour un coût de 15 000 £, le War Office avait donc besoin d'eux.

À leur tour, les boffins du MI9 ont fait tout leur possible pour les soutenir, concevant et fournissant d'innombrables gadgets, notamment des caméras crayon, des poignards cachés dans des stylos, des scies à fil cachées dans des lacets de chaussures et des cartes à jouer contenant des cartes de l'Europe.

Clutty, en particulier, était implacable dans sa tâche. Il a embauché un magicien pour l'aider à concevoir des compartiments cachés et s'est construit un bunker souterrain au milieu d'un champ – dans l'enceinte du siège du MI9 à Wilton Park, Beaconsfield – afin qu'il puisse travailler sans être dérangé.

'Q' le personnage de fiction toujours plein de ressources a été interprété par l'acteur Desmond Llewelyn (photo) et est apparu dans la série de films James Bond de 1963 à 1999


10 James Bond Des gadgets qui existent réellement et qui doivent l'être

Il y a eu 23 Lier films réalisés au cours des 50 dernières années, pleins de gadgets mortels, pratiques, futuristes, géniaux et parfois amusants. La plupart sont encore trop fantastiques pour être réels, mais certains ont transcendé le grand écran pour devenir des résidents naturalisés du monde réel. Ce sont nos favoris.

Balise de repérage, Le doigt d'or (1964)

Les dispositifs de suivi sont un incontournable du monde des espions, désormais accessible à tous, quelle que soit l'habilitation de sécurité. Sur la photo, des produits Digital Angel fabriqués par Applied Digital Solutions, ils fournissent un suivi de localisation par satellite pour les particuliers.

Photo : David Friedman/Getty Images

Laser, Le doigt d'or (1964)

Rappelez-vous quand Auric Goldfinger a essayé de couper James Bond en deux (les noix d'abord) avec un laser assez puissant pour couper l'acier ?. Eh bien, cette même technologie est maintenant disponible pour toute personne intéressée à amuser un chat. Et, grâce à Internet, même le modèle de dépanneur illustré peut être transformé en quelque chose d'un peu plus crapuleux.

Photo : Danjaq/Eon Productions//Robert F. Bukaty/AP

Portes télécommandées, Coup de tonnerre (1965)

En 1965, cette technologie n'avait qu'une dizaine d'années, de sorte que le public était sûrement impressionné quand Emilio Largo a appuyé sur un bouton sur un appareil portable et a ouvert une porte secrète à la salle de briefing SPECTRE. Aujourd'hui, de telles portes se trouvent dans la plupart des maisons de banlieue, dissimulant des cachettes secrètes de vieilles cassettes VHS, des bouteilles vides (" je vais les prendre ce week-end, au sérieux")) et des vélos cassés.

Photo : Danjaq/Eon Productions//Wesley/Keystone/Getty Images

Gyroplane, Tu ne vis que deux fois (1967)

Il s'agit d'un autogire Wallis WA-116 série 1 (nom de code Little Nellie). Dans le film, il y a des roquettes, des mitrailleuses, des lance-flammes et des missiles. Bien qu'ils ne soient distribués qu'en quantités très limitées aux particuliers, ces petits oiseaux étaient bien réels ! Sans armes, non.

Lecteur d'empreintes digitales, Les diamants sont éternels (1971)

Tiffany Case et son scanner biométrique unique ont été trompés par la fausse empreinte digitale de Bond. De nos jours, la technologie est si intelligente et répandue qu'il pourrait y avoir un petit scanner d'empreintes digitales dans votre ordinateur portable - et il est probablement beaucoup trop sophistiqué pour être trompé par une prothèse sans vie.

Photo : Danjaq/Eon Productions//Peter Macdiarmid/Getty Images

Caméra Minox, Au service secret de Sa Majesté (1969)

Bond utilise une petite caméra Minox A IIIs dans ce film. Les caméras espion sont devenues si populaires à la fin des années 60 et plus tard, que vous pouviez trouver des petites annonces dans la plupart des magazines scientifiques et techniques. De nos jours : eBay.

Montre-bracelet Seiko, Rien que pour vos yeux (1981)

Peu importe que le Seiko H357 5040 ne puisse pas recevoir de messages numériques ou être utilisé comme talkie-walkie comme dans ce film de Bond. Il fait encore chaud et j'en porte un.

Lunettes de soleil polarisantes, Une vue à tuer (1985)

Avec ces lunettes de soleil polarisées circulaires spéciales, Bond pouvait voir à travers des vitres teintées. Gros problème : Oakley a fabriqué des lunettes de soleil qui ont non seulement des verres polarisés, mais aussi des écouteurs intégrés, un lecteur de musique de 128 Mo et un chasseur de primes intégré.

Photo : Danjaq/Eon Productions//Reed Saxon/AP

Appareil photo annulaire, Une vue à tuer (1985)

De nos jours, les appareils photo miniaturisés sont partout comme dans le "Camer-ing", qui est un appareil photo numérique discret intégré dans un anneau. Cet appareil soigné est conçu par Hyeonsik Studio & Jeon Yengwon, et nous comptons les minutes jusqu'à ce qu'il atteigne la production.

Sony Ericsson K800 Casino Royale (2006)

En 2006, l'appareil photo cyber-shot pour téléphone Sony Ericsson K800i était un très bon kit : un GPS et un appareil photo numérique rapide de 3,2 mégapixels sont à votre service secret. De nos jours, eh bien, c'est pour le moins déclassifié.

Photo : Danjaq/Eon Productions

Écran tactile de profil, Casino Royale (2006)

Au siège du MI6, les employeurs de Bond utilisent un appareil à écran tactile de profil afin de recueillir des informations sur d'éventuels suspects. Il n'y a pas de magie dans ce tableau numérique - il s'agit essentiellement du Microsoft-Samsung PixelSense (anciennement connu sous le nom de Surface).


Voir la vidéo: JAMES BOND 007 NO TIME TO DIE Worth The Wait Trailer NEW 2021 Daniel Craig Action Movie HD