Pourquoi y a-t-il eu autant d'observations d'ovnis à proximité d'installations nucléaires ?

Pourquoi y a-t-il eu autant d'observations d'ovnis à proximité d'installations nucléaires ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pourquoi tant d'ovnis sont-ils signalés à proximité d'installations nucléaires et pourquoi n'y a-t-il pas plus d'urgence de la part du gouvernement à évaluer leur menace potentielle pour la sécurité nationale ?

Ce sont des questions posées par une équipe d'anciens hauts responsables américains de la défense et du renseignement, des vétérans de l'industrie aérospatiale, des universitaires et d'autres personnes associées à To the Stars Academy of Arts & Science. L'équipe a enquêté sur un large éventail de ces observations et préconisé une attention plus sérieuse du gouvernement.

Leurs enquêtes font l'objet de la série limitée « Unidentified » de HISTORY.

Tout au long de l'histoire, les phénomènes aériens inexpliqués (PAU) ont choqué, effrayé et fasciné les observateurs du ciel. Et au siècle dernier, plus d'un ont été signalé dans des contextes militaires. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les aviateurs américains les appelaient « foo fighters » : d'étranges lumières volantes orange près de la frontière franco-allemande. Pendant la guerre de Corée, certains soldats ont affirmé qu'une lumière bleu-vert émettant des "rayons pulsés" rendait tout leur bataillon malade avec ce qui, pour certains, ressemblait à un empoisonnement par rayonnement.

Moins connu : Au cours des 75 dernières années, le personnel militaire et du renseignement américain de haut rang a également signalé des PAN à proximité de sites associés à l'énergie nucléaire, aux armes et à la technologie, des premiers sites de développement et d'essai de bombes atomiques aux flottes navales nucléaires actives.

« Toutes les installations nucléaires – Los Alamos, Livermore, Sandia, Savannah River – ont toutes connu des incidents dramatiques où ces engins inconnus sont apparus au-dessus des installations et personne ne savait d'où ils venaient ni ce qu'ils faisaient là », explique le journaliste d'investigation George Knapp, qui a étudié la connexion UAP-nucléaire pendant plus de 30 ans. Knapp a rassemblé de la documentation en déposant des demandes de Freedom of Information Act auprès des départements de la défense et de l'énergie.

"Il semble y avoir beaucoup de corrélation là-bas", explique Lue Elizondo, qui de 2007 à 2012 a été directeur d'une équipe secrète de chercheurs de l'UAP opérant au sein du ministère de la Défense. Le programme, appelé Advanced Aerospace Threat Identification Program (AATIP), a reçu 22 millions de dollars du budget de 600 milliards de dollars du Pentagone en 2012, Le New York Times signalé. Elizondo aide maintenant à mener les enquêtes de To the Stars.

LIRE LA SUITE: Histoires d'OVNI

La connexion ovni-nucléaire a commencé à l'aube de l'ère atomique.

Les observations nucléaires adjacentes remontent à des décennies, explique Robert Hastings, chercheur sur les ovnis et auteur du livre OVNIS et armes nucléaires : rencontres extraordinaires sur des sites d'armes nucléaires. Hastings dit qu'il a interviewé plus de 160 anciens combattants qui ont été témoins de choses étranges dans le ciel autour de sites nucléaires.

"Vous avez des objets suivis par radar à des vitesses qu'aucun objet sur terre ne peut atteindre", explique Hastings. « Vous avez des témoins oculaires [militaires]. Vous avez des pilotes de jet. Les témoins de ces incidents sont souvent des membres du personnel hautement qualifiés disposant des habilitations de sécurité les plus élevées. Ces dernières années, leurs rapports ont été corroborés par une technologie sophistiquée.

À la fin de 1948, des « boules de feu vertes » ont été signalées dans le ciel près des laboratoires atomiques de Los Alamos et de Sandia, au Nouveau-Mexique, où la bombe atomique a été développée et testée pour la première fois. Un document déclassifié du FBI datant de 1950 mentionne des "soucoupes volantes" mesurant près de 50 pieds de diamètre près des laboratoires de Los Alamos. Et Knapp a interrogé plus d'une douzaine de travailleurs du site d'essais atomiques du désert du Nevada, où des dizaines de bombes A ont explosé dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Il dit qu'ils lui ont dit que l'activité OVNI était si courante là-bas que des employés ont été affectés à la surveillance de l'activité.

Dans les années 1960 et 1970, des observations répétées d'OVNI ont émergé à la base aérienne de Malmstrom dans le Montana, un site de stockage de missiles balistiques intercontinentaux à pointe nucléaire (ICBM). Lors d'une de ces observations présumées en 1967, l'ancien capitaine de l'armée de l'air Robert Salas a déclaré que plusieurs de ces missiles étaient devenus inopérants au même moment où la sécurité de la base a signalé avoir vu un objet rouge brillant, d'environ 9 mètres de diamètre, planant au-dessus de l'installation. Salas, qui a commandé des ICBM en tant qu'officier de lancement et a ensuite travaillé dans l'industrie aérospatiale et à la Federal Aviation Administration, a déclaré à CNN que "les missiles ont commencé à entrer dans ce qu'on appelle une" condition d'interdiction " ou non lançables ".

Les observateurs ne peuvent que spéculer sur l'origine de ces phénomènes inexpliqués. Mais la proximité répétée de sites de défense sensibles connectés aux armes les plus puissantes de notre pays a soulevé la question de savoir si elles pourraient provenir d'adversaires, connus ou inconnus.

LIRE LA SUITE: Les ovnis sont-ils une menace pour la sécurité nationale ? Cet ex-américain Officiel pense qu'ils justifient une enquête

L'incident de la forêt Bentwaters-Rendlesham

Fin décembre 1980, les contrôleurs aériens ont rencontré quelque chose d'alarmant près de la Royal Air Force Bentwaters en Angleterre. Utilisé par l'US Air Force comme point d'appui européen pendant la guerre froide, Bentwaters abritait une réserve secrète d'armes nucléaires dans 25 bunkers souterrains fortifiés.

"Nous avons regardé sur l'écran radar et avons vu quelque chose… qui ne ressemblait à rien de ce que j'avais vu auparavant", a déclaré à notre site Ivan Barker, un contrôleur de la circulation aérienne de l'US Air Force travaillant cette nuit-là.

Barker, un sergent-chef qui était responsable en second de l'installation, dit qu'il était un vétéran de 18 ans à ce moment-là et qu'il connaissait "tous les avions des États-Unis, de l'OTAN et du bloc soviétique". Cet objet, dit-il, l'a choqué lui et ses deux collègues cette nuit-là par sa vitesse et sa maniabilité remarquables. Sur le radar, il a parcouru 120 milles en quelques secondes, a-t-il déclaré: "Il devait se déplacer Mach 5, 6, 7 ou 8, plus vite que tout autre chose qu'un missile."

Alors qu'il levait les yeux du radar pour le voir directement, l'engin s'est rapproché, a ralenti puis s'est arrêté au-dessus du château d'eau de la base : « Comme un hélicoptère en vol stationnaire, sauf avec un hélicoptère, vous obtenez un mouvement de haut en bas. C'était stationnaire. Il mesurait entre 1 500 et 2 000 pieds de haut. La chose était… au moins un pâté de maisons… de diamètre.

Barker dit qu'il avait la forme d'un ballon de basket géant, avec des hublots autour du centre, d'où émanaient des lumières vers l'extérieur. « J'ai été choqué… Il n'y avait rien d'aérodynamique là-dedans. Les ballons de basket ne volent pas.

Il ne s'est arrêté au-dessus du château d'eau que quelques secondes, a-t-il déclaré, avant de faire demi-tour et de revenir rapidement dans la direction où il est entré: "C'était comme - swish! - C'est parti."

Barker n'a pas signalé l'observation à ses supérieurs. "Vous ne comprenez pas ce que l'Air Force a fait aux gens qui ont signalé des ovnis", dit-il.

L'histoire de Barker concorde avec celle du colonel Charles Halt, commandant adjoint de Bentwaters à l'époque. Halt a dirigé une patrouille cette nuit-là pour enquêter sur d'étranges lumières colorées vues descendant dans la forêt voisine de Rendlesham. Halt a décrit à Elizondo ce qu'il a vu de l'intérieur de la forêt : une lumière rouge se déplaçant horizontalement à travers les arbres, « évidemment sous une sorte de contrôle intelligent ». Un faisceau semblable à un laser, a-t-il déclaré, "a atterri à 10-15 pieds de nous. J'étais littéralement sous le choc. "

Ensuite, la source du faisceau est rapidement partie, volant vers le nord en direction de la base, a déclaré Halt, qui a enregistré l'incident à l'époque. "Nous pouvions entendre des bavardages sur les radios que les faisceaux descendaient dans la zone de stockage d'armes."

Plus tard, son commandant a passé l'audio à un général, qui a rejeté la nécessité d'une enquête plus approfondie. Ils répugnaient à s'impliquer, dit Halt.

LIRE LA SUITE: Ces 5 traits d'OVNI, vus par des combattants de la marine, défient l'explication

Observations de la marine dans l'Atlantique et le Pacifique

Ces dernières années, des observations de phénomènes aériens non identifiés ont émergé de la marine nucléaire américaine.

Des pilotes de F-18 du groupe d'attaque nucléaire USS Theodore Roosevelt ont vu des PAN presque quotidiennement pendant plusieurs mois entre l'été 2014 et le printemps 2015 tout en exécutant des manœuvres d'entraînement le long de la côte est entre la Virginie et la Floride, ont déclaré des témoins à Elizondo.

"Où que nous soyons, ils étaient là", explique Ryan Graves, un pilote de chasse F-18 en service actif de l'USS Roosevelt, titulaire d'un diplôme en ingénierie aérospatiale.

Les objets sont apparus sous trois formes, dit Graves - certains étaient des disques, d'autres ressemblaient à un cube à l'intérieur d'une sphère, tandis que des objets ronds plus petits volaient ensemble en formation. Tous manquaient de moteurs ou de systèmes d'échappement visibles. Certains inclinés, en plein vol, comme des toupies, comme on le voit sur une vidéo infrarouge publiée par le département américain de la Défense en 2017. Graves et un autre pilote de F-18, Danny Accoin, confirment cette vidéo, ainsi qu'une autre publiée par le gouvernement. , avaient été abattus par leurs collègues pilotes de Roosevelt alors qu'ils étaient en l'air.

REGARDEZ: Déclassifié : OVNI capturés en vidéo par des pilotes de chasse américains

Un PAN, dit Grave, a failli provoquer une collision terrifiante en passant dangereusement entre deux avions. Un rapport sur la sécurité des vols de l'aviation a été déposé, dit-il, mais n'a jamais fait l'objet d'une enquête.

Graves dit que les objets non identifiés sont réapparus une fois que le Roosevelt s'est déployé pour sa mission dans le golfe Persique.

"Il est difficile de trouver une explication prosaïque pour un groupement tactique de porte-avions suivi par des avions non identifiés tout au long de l'Atlantique, jusqu'à une zone d'opérations à l'étranger au Moyen-Orient", a déclaré Chris Mellon, ancien sous-secrétaire américain adjoint à la Défense pour le renseignement. pendant les administrations Clinton et George W. Bush, qui fait maintenant partie intégrante de l'équipe To The Stars. "Cela plaide de manière extrêmement convaincante en faveur de l'existence de technologies que nous ne pensions pas possibles."

Leon Golub, astrophysicien senior au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, a déclaré Le New York Times il peut en effet y avoir plusieurs explications prosaïques « à faible probabilité » pour les observations de Roosevelt. Ils incluent "des bogues dans le code [du radar] pour les systèmes d'imagerie et d'affichage, les effets atmosphériques et les réflexions [et] la surcharge neurologique provenant de plusieurs entrées pendant le vol à grande vitesse".

Pourtant, les rapports de Roosevelt font écho à ceux faits par des pilotes de la Marine subissant des exercices d'entraînement de l'autre côté du pays. En novembre 2004, les pilotes et les opérateurs radar de la flotte de porte-avions USS Nimitz ont vu un objet en forme de tic-tac de 40 pieds de long voler juste au-dessus de l'océan alors qu'il volait à 100 miles au large des côtes de Californie, près de San Diego. Lorsque des avions de chasse F-18 ont été précipités pour s'approcher de l'objet, il a accéléré, dépassant facilement l'engin supersonique de la Marine.

LIRE LA SUITE: Quand les pilotes de Top Gun s'emmêlent avec un OVNI déconcertant en forme de tic-tac

Accroître l'attention portée au sujet

Alors que les rapports précédents étaient des tueurs de carrière pour le personnel militaire, il y a une ouverture croissante au Pentagone et à Capitol Hill à prendre ces observations au sérieux comme des menaces potentielles. En avril 2019, la marine américaine a annoncé qu'elle mettait à jour ses directives sur la façon dont les pilotes et le personnel doivent signaler les phénomènes aériens inexpliqués, ce qui permet aux militaires de signaler plus facilement les observations à leurs supérieurs sans faire face à la stigmatisation et aux réactions professionnelles. Et le Congrès, à commencer par l'ancien chef de la majorité au Sénat, Harry Reid, s'est davantage intéressé à être informé.

George Knapp dit que c'est plus d'activité qu'il n'en a vu en trois décennies. Lui et beaucoup d'autres pensent que c'est en retard.

« Dans les installations où nous concevions et fabriquions pour la première fois des armes nucléaires… dans les endroits où nous traitions le combustible… dans les installations où nous testions les armes… dans les bases où nous avons déployé ces armes, sur les navires… les sous-marins nucléaires … Tous ces endroits, toutes les personnes qui y travaillent ont vu ces choses », dit Knapp.

« Sont-ils tous fous ? » il a continué. « Parce que s'ils le sont, ils ne devraient pas avoir la main sur des armes nucléaires. »

REGARDEZ : Des épisodes complets de Unidentified : Inside America's UFO Investigation en ligne maintenant et connectez-vous pour de tout nouveaux épisodes les samedis à 10/9c.


La vérité n'a pas toujours été là

Plutôt que d'expliquer quand U.F.O. les observations n'étaient en réalité que des avions top-secrets, le gouvernement a parfois permis au public de s'emparer de la possibilité que des extraterrestres s'installent.

WASHINGTON - À l'été 1947, un ballon militaire américain top secret développé pour espionner le programme nucléaire soviétique s'est écrasé dans le désert près de Roswell, NM. l'industrie) qui s'est construite autour de Roswell comme site d'un crash extraterrestre.

Depuis lors, la passion des Américains pour les visites extraterrestres s'est avérée difficile à ébranler, même lorsque la preuve est claire qu'aucun vaisseau spatial n'a atterri ou s'est écrasé. Après la guerre froide, deux rapports de l'Air Force visant à faire la lumière sur les expériences près de Roswell n'ont pas fait grand-chose pour réfuter toute croyance dans le potentiel des extraterrestres.


Pourquoi autant d'ovnis vus près des bases militaires américaines ?

Point clé: Des prototypes secrets sont partout autour de nous.

De 2007 à 2012, une petite équipe d'enquêteurs militaires a examiné les observations d'objets volants non identifiés - oui, des ovnis - depuis un bureau au plus profond du Pentagone. Le programme avancé d'identification des menaces aérospatiales, défendu par l'ancien sénateur américain Harry Reid, a payé des sous-traitants pour analyser les rencontres rapprochées entre des pilotes militaires et de mystérieux objets aéroportés.

Certaines de ces rencontres rapprochées impliquaient probablement des pilotes de première ligne de prototypes militaires secrets qui ne savaient pas qu'ils existaient. D'autres, cependant, restent inexpliqués - et pourraient être révolutionnaires pour la civilisation humaine.

"Ce n'est pas parce que quelque chose est inexpliqué que c'est extraterrestre, bien sûr, mais je ne dis jamais jamais", m'a dit par e-mail Nick Pope, qui dirigeait la propre unité d'enquête sur les ovnis de l'armée britannique au début des années 1990. « Les visites extraterrestres sont peut-être peu probables, mais si un seul cas s'avérait vrai, cela changerait la donne. »

Un incident de 2004, en particulier, a déconcerté les sceptiques. Deux pilotes de chasse de la marine américaine volant au large des côtes du sud de la Californie ont suivi un objet en forme de cigare de la taille d'un avion de ligne qui semblait planer et manœuvrer d'une manière qui semble dépasser l'aéronautique conventionnelle. "Je n'ai aucune idée de ce que j'ai vu", a déclaré David Fravor, l'un des pilotes, au New York Times.

"Il y a encore ces observations qui défient toute explication - des observations d'individus hautement qualifiés tels que des pilotes de chasse ou de ligne qui reconnaîtraient les formes et les mouvements des avions", Luis Elizondo, chef du programme avancé d'identification des menaces aérospatiales et des efforts connexes sur les ovnis jusqu'en octobre. démission, m'a dit par e-mail.

"L'instinct de base du personnel du renseignement qui examine les observations d'OVNI les plus convaincantes est de supposer qu'il s'agit de prototypes d'avions ou de drones secrets, développés soit par une autre nation, soit par une autre partie du gouvernement, mais dans une situation où l'information est si compartimenté, personne d'autre ne peut y accéder », a déclaré Pope.

"Une autre théorie est que certaines de ces observations sont attribuables à une sorte de phénomène de plasma atmosphérique que la science ne comprend pas encore pleinement", a ajouté Pope, en utilisant le terme scientifique pour l'air électrifié.

"De nombreuses observations d'OVNI dans le sud-ouest des États-Unis au cours des années 1980 étaient en fait des avions militaires avancés secrets tels que le Lockheed F-117 et le Northrop Grumman B-2", a déclaré Elizondo.

Il n'y a pas eu de pénurie de prototypes militaires de haute performance, rumeurs ou confirmés, ces dernières années qui pourraient expliquer les observations d'OVNI. L'US Air Force a secrètement développé le drone espion furtif RQ-170 au début des années 2000, n'admettant finalement son existence qu'après qu'un photographe en eut repéré un sur un aérodrome en Afghanistan en 2007. Il n'est pas clair si les observations du RQ-170 expliquent un OVNI récent. rapports.

Plus récemment, l'Air Force a travaillé sur un drone espion plus gros et toujours plus furtif appelé RQ-180, ainsi que sur le nouveau bombardier B-21 anti-radar. En 2014, un mystérieux avion en forme de coin, peut-être un des premiers démonstrateurs technologiques du programme B-21, a été photographié en train de survoler le Kansas.

L'armée et l'industrie de la défense ont également travaillé d'arrache-pied sur des avions et des avions spatiaux dits «hypersoniques» capables de voler à une vitesse supérieure à Mach 5. Certains de ces efforts sont publics. D'autres, comme l'avion espion hypersonique SR-72 autofinancé de Lockheed Martin, restent cachés dans le secret.

L'abondance de prototypes secrets sillonnant le ciel américain offre une large couverture aux enquêteurs du gouvernement et aux étrangers sceptiques dont l'impulsion est de rejeter les preuves possibles de la vie extraterrestre. "Cela dit, il y a des membres du gouvernement - y compris, clairement, certains des responsables du renseignement qui ont travaillé dans l'AATIP - qui sont prêts à penser l'impensable et à dire que certaines de ces choses pourraient être extraterrestres", a déclaré Pope.

La vidéo de 2004 semble inexplicable maintenant. Mais rappelez-vous, de nombreuses observations d'OVNI tout aussi mystérieuses dans le passé se sont avérées être des prototypes militaires. Peut-être que les extraterrestres bourdonnent vraiment la planète Terre. Mais si l'histoire est un guide, c'est plus probablement le propre avion avancé du Pentagone qui fait des apparitions surprises devant des pilotes déconcertés.


Signaler les observations d'OVNI à la marine américaine devient plus facile

Dans les années 1950, si vous voyiez un objet volant non identifié, vous pouviez remplir l'un des questionnaires pratiques sur les ovnis de l'US Air Force pour le projet Blue Book. Ce programme gouvernemental a été dissous en 1969, mais l'armée est restée intéressée par les observations d'OVNI depuis lors. En avril 2019, la marine américaine a confirmé qu'elle mettait à jour ses directives sur la façon dont les pilotes et le personnel doivent signaler ce qu'elle appelle les «phénomènes aériens inexpliqués» ou UAP.

"Il y a eu un certain nombre de rapports d'avions non autorisés et/ou non identifiés pénétrant dans divers champs de tir contrôlés par l'armée et dans l'espace aérien désigné ces dernières années", a déclaré la Marine dans une déclaration à POLITICO, le premier média à rapporter la nouvelle. “[L]a Marine met à jour et formalise le processus par lequel les rapports de telles incursions suspectées peuvent être faits aux autorités compétentes.”

Fondamentalement, la Marine veut créer un processus formel permettant aux pilotes et autres membres du personnel de signaler les objets volants qu'ils ne peuvent pas expliquer afin que quelqu'un puisse enquêter. La Marine semble moins préoccupée par le fait que les PAN sont un signe de vie extraterrestre, et plus préoccupée par le fait qu'il s'agit d'avions non autorisés d'un pays étranger. C'est pourquoi les États-Unis ont également commencé à enquêter sur les observations d'OVNI à la fin des années 1940 : on craignait que les gens ne repèrent en fait des avions soviétiques secrets.

L'annonce de la Marine sur ses directives de déclaration de l'UAP intervient un an et demi après Le New York Times a révélé que le Pentagone avait un programme secret d'identification des menaces aérospatiales avancées de 2007 à 2012. Luis Elizondo, l'ancien responsable du Pentagone qui a dirigé le programme d'annonces classées et est présenté dans le nouveau spectacle HISTORY&# x2019s Non identifié: À l'intérieur de l'enquête américaine sur les ovnis, a démissionné parce qu'il estimait que le Pentagone n'en faisait pas assez pour identifier et combattre les PAN. Elizondo a déclaré qu'il pensait qu'ils pourraient constituer une menace pour la sécurité nationale. (Non identifié : l'enquête sur les ovnis à l'intérieur de l'Amérique est présentée le 31 mai sur HISTOIRE.)

L'éphémère programme avancé d'identification des menaces aérospatiales a pu fonctionner aussi longtemps qu'il l'a fait car il bénéficiait du soutien de membres éminents du Congrès comme le sénateur Harry Reid. De même, les récentes mises à jour de l'UAP de la Marine ont peut-être été une réponse aux intérêts du Congrès à les suivre.

"En réponse aux demandes d'informations des membres et du personnel du Congrès, les responsables de la Marine ont fourni une série de briefings par de hauts responsables du renseignement naval ainsi que par des aviateurs qui ont signalé des dangers pour la sécurité aérienne", a déclaré la Marine dans sa déclaration à POLITICO. Il n'a cependant pas identifié quels membres du Congrès avaient demandé les séances d'information.

VÉRIFICATION DES FAITS: Nous visons l'exactitude et l'équité. Mais si vous voyez quelque chose qui ne va pas, cliquez ici pour nous contacter ! HISTORY examine et met à jour son contenu régulièrement pour s'assurer qu'il est complet et exact.


Pourquoi tant d'observations d'ovnis sont-elles signalées aux États-Unis ?

Dans tout le folklore et la légende américains, les observations d'OVNI occupent une place particulière dans le cœur américain. Les récits de soucoupes volantes et même d'êtres extraterrestres sont légion, et ils ont peuplé de nombreux forums Internet et conversations informelles depuis au moins les années 1950.

Mais récemment, le Pentagone s'est lancé dans le jeu des ovnis. Un récent rapport du Pentagone détaille l'observation signalée d'un "Tic Tac de 40 pieds de long" volant, qui a été repéré par pas moins que le commandant à la retraite David Fravor. L'observation de Fravor était l'une des nombreuses qui constituaient le récent "Programme avancé d'identification des menaces aériennes" du Pentagone.

Le Pentagone n'est pas le seul à croire, comme l'a dit l'ancien responsable du Pentagone Luis Elizondo, que « nous ne sommes peut-être pas seuls ». Un sondage de 1997 sur le 50e anniversaire de l'incident de Roswell (au cours duquel des ballons de l'US Army Air Force se sont écrasés dans un ranch près de Roswell, au Nouveau-Mexique) a révélé qu'un incroyable 80 % des Américains pensent que le gouvernement américain dissimule sa connaissance de la vie extraterrestre. formes.

Ce nombre explique en grande partie les milliers et les milliers d'observations d'ovnis et d'enlèvements extraterrestres qui ont été signalés au gouvernement américain au fil des ans.

Le gouvernement a pris cela plus ou moins au sérieux depuis Roswell. De 1947 à 1969, le gouvernement américain a enquêté sur 12 618 observations d'OVNI signalées dans le cadre de son soi-disant « Projet Blue Book », qui a découvert que 701 d'entre elles étaient « non identifiées », sans autre explication donnée. Cependant, invoquant un manque de preuves que ces observations étaient un danger potentiel pour la sécurité nationale, le programme a été arrêté en 1969 car trop coûteux pour être justifiable.

Le «Livre bleu» a été lancé à cause de Roswell lui-même et du scepticisme généralisé à l'égard de l'affirmation du gouvernement selon laquelle un ballon météo était ce qui avait été repéré sur le site.

Et puis, bien sûr, il y a la zone 51, un endroit mystérieux au Nevada que les théoriciens du complot extraterrestres pensent être un site où le gouvernement américain cache des corps extraterrestres et des ovnis. En 2013, des documents déclassifiés ont révélé que la zone 51 était en fait un site militaire secret utilisé pour tester la surveillance aérienne et devait être classé pour être caché aux Soviétiques, plutôt qu'en raison d'une présence extraterrestre.

Une autre rencontre fascinante s'est produite en 1967 lorsque de nombreux pilotes de l'Air Force ont rapporté avoir vu des ovnis planer au-dessus de sites de missiles nucléaires dans le Montana. "Ces messieurs croient que cette planète est visitée par des êtres d'un autre monde, qui, pour une raison quelconque, se sont intéressés à la course aux armements nucléaires qui a commencé à la fin de la Seconde Guerre mondiale", a expliqué un chercheur sur les ovnis.


Pourquoi y a-t-il eu autant d'observations d'ovnis à proximité d'installations nucléaires ?

Cela a commencé dans les années 1940, près des sites de développement de la bombe atomique. Plus récemment, quelque chose a traqué les groupes d'attaque des transporteurs nucléaires.

Pourquoi tant d'ovnis sont-ils signalés à proximité d'installations nucléaires - et pourquoi n'y a-t-il pas plus d'urgence de la part du gouvernement à évaluer leur menace potentielle pour la sécurité nationale ?

Ce sont des questions posées par une équipe d'anciens hauts responsables américains de la défense et du renseignement, des vétérans de l'industrie aérospatiale, des universitaires et d'autres associés à To the Stars Academy of Arts & Science. L'équipe a enquêté sur un large éventail de ces observations et préconisé une attention plus sérieuse du gouvernement.

Leurs enquêtes font l'objet de la série limitée « Unidentified » de HISTORY.

Tout au long de l'histoire, les phénomènes aériens inexpliqués (PAU) ont choqué, effrayé et fasciné les observateurs du ciel. Et au siècle dernier, plus d'un ont été signalé dans des contextes militaires. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les aviateurs américains les appelaient «foo fighters» : d'étranges lumières orange volantes près de la frontière franco-allemande. Pendant la guerre de Corée, certains soldats ont affirmé qu'une lumière bleu-vert émettant des "rayons pulsés" rendait tout leur bataillon malade avec ce qui, pour certains, ressemblait à un empoisonnement par rayonnement.

Moins connu : Au cours des 75 dernières années, le personnel militaire et du renseignement américain de haut rang a également signalé des PAN à proximité de sites associés à l'énergie nucléaire, aux armes et à la technologie, des premiers sites de développement et d'essai de bombes atomiques aux flottes navales nucléaires actives.

« Toutes les installations nucléaires – Los Alamos, Livermore, Sandia, Savannah River – ont toutes connu des incidents dramatiques où ces engins inconnus sont apparus au-dessus des installations et personne ne savait d'où ils venaient ni ce qu'ils faisaient là », explique le journaliste d'investigation George Knapp, qui a étudié la connexion UAP-nucléaire pendant plus de 30 ans. Knapp a rassemblé de la documentation en déposant des demandes de Freedom of Information Act auprès des départements de la défense et de l'énergie.

"Il semble y avoir beaucoup de corrélation là-bas", explique Lue Elizondo, qui de 2007 à 2012 a été directeur d'une équipe secrète de chercheurs de l'UAP opérant au sein du ministère de la Défense. e programme, appelé a reçu 22 millions de dollars du budget de 600 milliards de dollars du Pentagone en 2012, Le New York Times signalé. Elizondo aide maintenant à mener les enquêtes de To the Stars.


Plus d'ovnis que jamais

L'Amérique a eu la tête ouverte pendant la Seconde Guerre mondiale, et les visions sont sorties. Visions de puissance mondiale, de marchés infinis, de lutte idéologique et de machines volantes exotiques. Il n'est pas clair si le nombre d'observations d'OVNI a réellement augmenté dans les années qui ont suivi ou si c'était juste notre imagination, mais quelque chose a changé. Ce qui n'avait été qu'un filet de rencontres remontant à l'époque des pionniers de l'aviation est devenu un torrent. Souvent décrites comme des soucoupes, ces machines silencieuses et chatoyantes ont été vues au-dessus des autoroutes, des champs de blé et des supermarchés à Forth Worth, Texas Great Falls, comté de Montana Monmouth, New Jersey Salem, Massachusetts Carson Sink, Nevada Washington, DC Miami, Floride Norfolk, Virginie— la liste s'allonge encore et encore, à la fin des années quarante et au début des années cinquante. Le timing rend impossible d'envisager de tels phénomènes sans considérer également le cataclysme qui, plus que tout ensemble de documents fondateurs, a donné naissance à notre nation moderne colossale, inconnaissable et mondiale. En d'autres termes, avant de pouvoir lutter contre les ovnis, vous devez vous demander : qu'est-ce que cette guerre a fait à l'Amérique ?

Les rêveurs ont vu des choses dans les cieux depuis des temps immémoriaux. Vous pouvez retourner au 228 AVANT JC., lorsque l'historien romain Tite-Live a reconnu des présages de malheur dans les « navires fantômes », il a vu « briller dans le ciel ». Ou quand Pline l'Ancien, un ancien scribe, a enregistré quelque chose qui ressemble à un OVNI de Steven Spielberg : une étincelle qui "est tombée d'une étoile et a grandi en descendant jusqu'à ce qu'elle apparaisse avoir la taille de la Lune". De telles visions, qui venaient généralement en période de stress, étaient considérées comme un signe de Dieu. La roue de feu d'Ézéchiel, observée sur la route de Babylone, était peut-être une soucoupe volante. Les gens ont toujours eu des visions, mais le langage a changé. A l'époque religieuse, c'était les anges et les démons. À l'ère scientifique, ce sont des machines à rêves intergalactiques, des hot rods préparés par des réducteurs à travers le vide d'encre. Comme le dit le livre saint : « Nous ne voyons pas les choses telles qu'elles sont, mais telles que nous sommes. »

Les Allemands ont mis le premier avion à réaction dans les airs en 1939. La première fusée qui pouvait toucher l'espace a été lancée en 1942. Appelée V2, sa cible n'était pas l'espace mais Londres. Chuck Yeager, aux commandes du Bell X-1 en forme de balle, a dépassé la vitesse du son (767 mph) en octobre 1947. Dix ans plus tard, les Soviétiques ont lancé le premier satellite artificiel. Cela a été suivi par le premier homme dans l'espace, le premier homme en orbite, le premier homme sur la lune. L'un des résultats du boom aérospatial était la folie des ovnis. Si nous pouvions le faire, il était logique de penser que les extraterrestres pouvaient le faire aussi. Roswell, Nouveau-Mexique, où l'armée de l'air aurait récupéré une soucoupe volante et un équipage d'extraterrestres morts en 1946, n'était que la rencontre la plus célèbre - il y en a eu des centaines d'autres pendant la guerre froide. En 1949, des représentants du gouvernement auraient capturé l'équipage d'un engin extraterrestre qui s'était posé, dans la fraîcheur d'une soirée dans le désert, sur un plateau à Aztec, au Nouveau-Mexique.

Qu'est-ce qui explique ce trafic intergalactique soudain ?

Certains suggèrent qu'il s'agissait de la première bombe atomique, qui a explosé dans le cadre du test Trinity, à White Sands, Nouveau-Mexique, à 5h35. UN M. le 16 juillet 1945. Selon ce point de vue, l'explosion a envoyé une onde de choc à travers l'univers. Il s'est enregistré dans les systèmes solaires lointains comme les tremblements de terre en eau profonde s'enregistrent avec nous. C'était un coup de clairon. Ça disait: DANGER! Cela signifiait que la race humaine auparavant inoffensive avait mis la main sur des allumettes qui pourraient immoler toute la création.

En 1952, les États-Unis testent la première bombe à hydrogène, mille fois plus puissante que la bombe atomique. La bombe à neutrons, qui tue les gens mais laisse les bâtiments debout, a été développée peu de temps après. Dans chaque cas, les Russes ont suivi. Nous étions au milieu d'une course aux armements nucléaires, et personne ne savait quelle sorte d'arme viendrait ensuite. Il était logique que les extraterrestres veuillent garder un œil reptilien sur la situation. C'est pourquoi tant d'observations se sont produites à proximité d'installations militaires. Il s'agissait généralement d'engins circulaires, sournois et énormes, flottant sans moyen de propulsion visible. "En 1967, un objet de forme ovale rouge brillant a plané au-dessus de la base aérienne de Malmstrom dans le Montana, et les 10 missiles nucléaires souterrains de l'installation ont été désactivés presque simultanément tandis que l'OVNI. était présent, selon des entretiens avec des témoins et des rapports officiels du gouvernement », New York Times signalé. Le 23 octobre 2010, un navire similaire est apparu sans avertissement au-dessus de la base aérienne de Warren, une installation de missiles à l'extérieur de Cheyenne, dans le Wyoming. Alors que l'engin s'attardait au-dessus des silos, les ogives nucléaires se sont déconnectées une par une. A son départ, cet OVNI s'est déplacé d'une manière familière à de nombreuses histoires - à une vitesse incroyable, bondissant dans le ciel comme la lumière d'un pointeur laser.

Si vous croyez que de telles histoires sont vraies, vous pensez également que notre gouvernement inepte et inefficace a maintenu une dissimulation presque parfaite à travers treize administrations présidentielles. Parce qu'ils devraient savoir – il y aurait des photos, des témoignages oculaires, du matériel extraterrestre, de l'ADN extraterrestre.

Bob Lazar, un possible physicien nucléaire et expert en propulsion plus récemment connu du documentaire Netflix Bob Lazar : Zone 51 et soucoupes volantes, a, depuis 1989, affirmé qu'il travaillait sur un vaisseau spatial extraterrestre dans une installation classée appelée S-4, qui se trouve à cheval sur la zone 51 dans le désert du Nevada. Il dit qu'il avait été embauché pour procéder à l'ingénierie inverse du système de propulsion du navire après l'échec d'autres scientifiques. Les supérieurs espéraient que le passe-temps de Lazar (il fait des gaffes avec des moteurs, des jets de cerclage sur des vélos et ainsi de suite) lui conviendrait pour une telle tâche. Lazar a déclaré avoir compté neuf vaisseaux extraterrestres dans les hangars du désert, bien qu'il n'ait été autorisé à travailler que sur un seul, une petite soucoupe qui fonctionnait, comme par magie, sans piles, fils ou tubes. Lorsque diverses pièces du moteur ont été placées à proximité, il s'est mis à bourdonner. Lazar believed these were the components of a nuclear reactor powered by an element then unknown on earth: element 115, which, once dismissed as fantastical, was synthesized into existence in a Moscow lab in 2003. (Lazar believes a scientist who worked on the project before him died from exposure to the nuclear core.) Now and then, says Lazar, pilots took the craft into the sky above Area S-4. Lazar’s description of how they moved match the testimony from many UFO sightings. He believes the ships, ancient relics unearthed in the course of an archeological dig, travel via warp—that is, they create a wave in space/time, then ride down the face of that wave like a surfer. This would explain the silence of the crafts, the way they seemed to roll, turn on a dime, jump across the sky.

Lazar casts himself as a whistle blower. He wants the world to know. Why the cover-up? Two reasons. One: G-men fear the confirmation of an alien presence will cause panic. To realize that we are not alone, have never been alone, that the U.S. Congress is not the world’s most powerful legislative body and cannot protect you, would cause societal breakdown. Governments would fall, markets crash. Two: they want to keep the tech for themselves. The first nation to crack alien propulsion will rule the planet.

How do we know there’s a cover-up?

Because the government interviews witnesses, studies incidents, writes up findings, then marks it all classified. If there were no aliens, why spend millions studying the phenomena? People believe in witchcraft, yet there are no congressional subcommittees on warlocks. The FBI task force known as Project Blue Book (the real-life X-Files) began investigating flying saucers in 1952. It was the task force that swapped the definitive term “flying saucer” for the anodyne “Unidentified Flying Object,” which, having been tainted by fifty years of lunacy, is itself in the process of being replaced. “There’s a new name,” Hillary Clinton said during a 2016 appearance on Jimmy Kimmel. “It’s unexplained aerial phenomenon. UAP. That’s the latest nomenclature.”

Various heads of Project Blue Book came in as debunkers but left as agnostics, if not outright believers. The FBI explained away many sightings as hoaxes or confusions, but a percentage defied understanding. Under the leadership of astronomer J. Allen Hynek, Project Blue Book investigated 12,618 UFO sightings. Most were easily dismissed, but 701 could never be explained. In a briefing, Major General John Samford, the Air Force’s director of intelligence, told the FBI that it was “not entirely impossible that the objects sighted may possibly be ships from another planet.”

Project Blue Book was discontinued in 1970, at which point, assumedly, the U.S. government exited the UFO game. But according to the New York Times, which broke the news on its front page, the Feds had in fact carried on the work under new leadership and new names. The Pentagon’s Advanced Aerospace Threat Identification Program, funded at the urging of then Nevada Senator Harry Reid, looked into a handful of sightings, with special attention paid to a series of encounters between Navy fighter jets and UFOs. “The strange objects, one of them like a spinning top moving against the wind, appeared almost daily from the summer of 2014 to March 2015, high in the skies over the East Coast,” the Fois reported on May 26, 2019. “Navy pilots reported to their superiors that the objects had no visible engine or infrared exhaust plumes, but that they could reach 30,000 feet and hypersonic speeds.”

The craft, as described by Navy pilots and captured in gunsight videos, moved in just the way Bob Lazar had described: great speed with seemingly little effort. On a transcript, one pilot, sounding more than a little like Elvis, says to another, “Wow, what is that, man? Look at it fly!”

Fighter pilots do not tend to be of the muddle-headed variety. They are cynical, cool, and realistic. In other words, such reports are hard to dismiss. And yet, for whatever reason, I do. My relationship to UFOs is like my relationship to God. I want to believe, but find it hard. Je ne sais pas pourquoi. Belief in UFOs is really no stranger than any other sort of belief, no stranger than a belief in prophets or ancient codes. But I just don’t feel it. I wish I could see one for myself, as I wish I could see the Virgin Mary floating above the yellow roses in my backyard. When I said this to my neighbor, who runs a blog called I Saw One Too, he shook his head sadly and said, “No you don’t. You really don’t.”

The experience undermined him in some way, made him feel cast out and disbelieved people glaze over when he talks about it, yet he feels the need to talk about it. He’d been in the military when he saw the UFO. When I asked if it was possible that he’d seem a secret new military weapon, he said, “I’m as sure that what I saw was from another planet as I am sure that that is a bench.” (We were standing next to a bench.)

If we were being visited, I think we’d know, that’s all. I don’t think there’d be any doubt. Hiding it would be like Columbus hiding his “discovery” of the New World.

The answer can be found in our political history.

The spike in UFO sightings began after the Second World War and continued through the Cold War, when people were scared—scared of external invasion, scared of internal subversion. It’s natural that this fear would be objectified, turned into visions of otherworldly menace, turned into aliens, turned into silver ships, a blue light in the woods.

What about all the sightings near military installations?

Like I asked my neighbor: isn’t it possible that people were seeing experimental aircraft, the test flights of futuristic planes? Bob Lazar’s Area S-2 is near the testing ground of the stealth bomber. If you were driving at night from Barstow to Las Vegas and spotted that thing flying over the desert, what would you think?

But the big thing, the event that triggered the age of the UFO, was the detonation of the first A-bomb in New Mexico. The blast did send out a beacon, only it went from us to us. We were amazed at what we’d accomplished. Turning the atom into a bomb … people just knew it was a bad thing. We’d brought a new kind of evil into the world. In aliens, we are seeing ourselves through a glass darkly.

David Lynch, who deals in hidden worlds, conspiracies, and what adults get up to in the dark, is maybe the only American artist to express the importance of this moment in his work—the bomb changed everything. His show Pics jumeaux centers on an FBI agent following up an investigation that began in the Project Blue Book days. The crux of the story comes in the eighth episode of season three (officially titled Twin Peaks, The Return) which aired on Showtime in 2017. In it, we see the creation of the new postatomic world, how it unleashed forces of good and evil on a formerly peaceful town (call it fifties America). The sequence opens with a title card: July 16, 1945, 5:29 UN M., White Sands, New Mexico. Then the countdown, then the bright light—the so-called flash-burn characteristic of the A-bomb, during which energy becomes radiant heat and light—then the explosion.

Physicist Isidor Isaac Rabi, who was in the desert to witness the test, called it “the brightest light I have ever seen or anyone has ever seen. It blasted it pounced it bored its way right through you. It was a vision which was seen with more than the eye. It was seen to last forever … altogether it lasted two seconds. Finally, it was over, diminishing, and we all looked toward the place where the bomb had been there was an enormous ball of fire which grew and grew and it rolled as it grew. It went up into the air, in yellow flashes and into scarlet and green. It looked menacing. It seemed to come toward one. A new thing had been born, a new control, a new understanding of man, which man had acquired over nature.”

Lynch takes his camera inside the mushroom cloud, where those two seconds become eternity. We see the creation of a new universe within, or the rip in the fabric that opens a portal to the dark lodge that’s been there all along.

It’s all about technology. Knowing what we’ve done to the universe makes us imagine what a species with superior technology might do to us. Every alien invasion movie can be read as an expression of colonial anxiety—it’s about the fate of the indigenous people with the viewer put in their position. It’s all about the speed of change. It happened too quickly. In the span of a single human life. Take, for example, Henry Stimson, Franklin Roosevelt’s secretary of war. Stimson was the one who told Harry Truman about the atomic bomb (the vice president had been kept in the dark) when FDR died. Stimson, who was seventy-seven at the time who hated the bomb and argued against using it on Japan who, when he lost that argument, took Kyoto off the target list, as he’d been in the city before the war and knew it to be beautiful who spent time as a child with his great-grandmother, who in her childhood had been told stories by George Washington. C'est ça. One life that connects the birth of the nation and its first war, fought with muskets and icy river crossings, to the atomic bomb, which can vanish islands and obliterate cities. When the first bomb detonated, Robert Oppenheimer, who led the Manhattan Project, quoted the Bhagavad Gita, saying, “Now I am become Death, the destroyer of worlds.” It’s the hysteria of the modern. Too much, too fast. It’d make anyone see aliens.

Rich Cohen is the author of The Last Pirate of New York: A Ghost Ship, a Killer, and the Birth of a Gangster Nation.

You Might Also Like

UFOs ‘shut down 10 nuke missiles at US base & may have been alerted to humanity by first atomic bomb blasts’

UFOs allegedly shut down ten nuclear missiles in a bizarre incident at a US military base - and the global phenomena may have been triggered by the first atomic bomb tests in the 1940s, it has been claimed.

Strange objects in the sky are under intense focus as the US to release an intelligence report ordered by Congress on the issue after a flurry of leaked videos showing close encounters with warships and fighter planes.

Gary Heseltine, vice president of ICER, a new organisation set up ahead of the Pentagon report to call for full disclosure and an end to the stigma on the topic, believes the UFO story starts with man's first nuke bomb tests in 1945.

And he points to the incredible tale of Captain Robert Salas, a former US nuclear launch officer, who went public with an extraordinary claim - stating in 1967 a UFO appeared at Malmstrom Air Force Base in Montana.

Salas claims that ten of the US's nuclear Minuteman missiles that he was overseeing inexplicably moved into the "no-go" setting - meaning they could not be launched even if the order was given.

The base allegedly took a day to bring the weapons back online - and they could not find any physical damage or explanation for the sudden problem with the missiles.

Mr Heseltine told The Sun Online: "It is likely that when the US detonated the first atomic bomb that it literally sent shockwaves out into space and alerted other civilisations that life on earth has evolved technologically to the point that it could split the atom and create atomic fusion.

"From that point on it seems that UFOs began to show up near US military installations and worldwide."

Dismissed as a conspiracy theory for decades, former US defence officials, sitting politicians, and former presidents Barack Obama and Bill Clinton have all acknowledged there is something unusual going on with UFOs.

Now often referred to as UAPs - Unidentified Aerial Phenomena - questions are being asked if the objects caught on film are super advanced drones, secret military technology, or hoaxes & camera tricks.

And then there is the final option - which is reportedly being seriously considered as part of the UFO report which is due for release within the next week - is that they objects are alien in origin.

And there appears to be an intrinsic link between the UFOs and mankind's nukes with many recent US military sightings happening near nuclear-powered aircraft carriers or submarines.

Former US defence officials have also claimed there are instances where UFOs have invaded the airspace around secret US nuclear sites and "interfered" with nuclear weapons.

I think it was simply a show. They wanted to shine a light on our nuclear weapons and just send us a message.

Robert Salas

ICER stated in a press release last week that its position is mankind is being sent a warning on nuclear weapons - and have called for disarmament to be raised at the United Nations.

The US detonated the world's first nuclear bomb - codenamed Trinity - on July 16, 1945 - and the first wave of a boom in UFOs sightings followed in the late 40s and the 50s.

The Sun Online approached Captain Salas for interview - but he was unavailable.

However, he previously spoke about his experience at a press conference alongside with six other air force officers in 2010.

"I want the Air Force, the government to come forward and say this is a real phenomenon," he said.

Captain Salas claimed UFOs are a "national security" threat as he recounted what he witnessed while stationed 60feet underground in a launch control base.

US military security reported seeing lights in the sky making off maneuvers before five minutes later they claimed they spotted a "pulsating oval-shaped object" hovering above the base.

The launch officer claims the missiles he was monitoring then started going into the "no go" condition.

And this apparent display of power by the UFOs came at the height of the Cold War when the US and Russia sat poised on the edge of Armageddon.

Captain Salas said: "I think it was simply a show. They wanted to shine a light on our nuclear weapons and just send us a message.

"My interpretation is the message is get rid of them because it's going to mean our destruction."

The US Air Force has never confirmed the incident - but his account appears to match up with numerous other claims of the links between nukes and UFOs.

Mr Heseltine spent six years working with the Royal Air Force police, 24 years with the British Transport Police, and launched a national database for UFO sightings for cops whiles till a serving officer in 2002 - before retiring from the force in 2013 to focus on his UFO research.

He told The Sun Online that UFOs may be interested in man's nuclear weapons to try and who humanity we are playing with fire.

And he says there is a historic correlation between the proliferation of nuclear weapons and increasing sightings of the phenomena.

Roswell - one of the sites of the most infamous alleged UFO encounters - was the home of the US Air Force's 509th Bombardment Group which dropped the world's first nuclear bombs on Hiroshima and Nagasaki that ended World War 2.

And one of Britain's most infamous encounters, the incident at Rendlesham Forest, also occurred close to RAF Woodbridge and RAF Bentwaters - where its claimed some nuclear weapons were secretly stored.

Mr Heseltine spent sometime guarding nuclear weapons stored at RAF Honington in 1984 while serving in the air force's police service.

"The correlation of UFO/UAPs is historically well-made and would seem to suggest that their actions are meant as a warning to mankind of the dangers of nuclear weapons," he told The Sun Online.

Luis Elizondo, who headed up the secretive Advanced Aerospace Threat Identification Program (AATIP) for the Pentagon, just weeks ago also made the link between UFOs and nukes.

The former intelligence officer, speaking at an event hosted by The Washington Post, said the nuclear issue is one of the reason UFOs must be treated as a nationality security concern.

He said: "That is one of the concerns we have from a national security perspective, that there does seem to be some sort of congruency or some sort of intersection between these UAP or UFO sightings and our nuclear technology with nuclear propulsion, nuclear power generation, or nuclear weapons systems.

"Furthermore, those same observations have been seen overseas in other countries. They too have had the same incidents. So that tells us this is a global issue."

Mr Elizondo claimed in the US that UFOs have disabled nuclear capabilities, while he has heard reports that in other nations that nuclear technology has been switched on.

And he characterised the technology being witnessed as "something that could be anywhere between 50 and 1,000 years ahead" of mankind's own capabilities.

What is going on with UFOs in the US?

UFOS have stepped from fringe conspiracy theories to a genuine national security debate in the US.

Pentagon officials last year took the unprecedented step to confirm a trio of remarkable videos which showed US encounters with UFOs.

The debate is still open as to what the phenomena caught on film were – but it made clear to everyone, something is in the skies.

Peut-être le plus frappant était une vidéo connue sous le nom de "Tic Tac" - qui montrait un objet non identifié poursuivi par des avions de chasse.

The US also confirmed the existence of the Advanced Aerospace Threat Identification Program (AATIP) – a Pentagon programme set up to study UFOs before being disbanded in 2017.

However, it was replaced by the UAP Task Force in June 2020 after a vote by the US Senate Intelligence Committee.

Defence chiefs have since confirmed a number of leaked UFO videos and photos which were submitted to the Task Force for investigation.

Why this sudden rush for transparency?

No outside the secretive wings of the US government currently knows for sure.

And as a tacked on addendum to a 5,500 page Covid relief bill passed in December, the the Director of National Intelligence’s office was ordered to compile a report on UFOs within 180 days.

Former intelligence director John Ratcliffe has hinted the report will be a big deal – and we now just over a month away from its release.

The five month deadline elapses on in June, with some UFO lobbyists claiming it could be the “most profound moment in human history".

Mr Heseltine told The Sun Online: "[After Rosewell] UFOs begun to show up in increasing frequency near nuclear power plants, nuclear storage facilities and nuclear weapons story areas.

"Often UFOs were seen going into and emerging from the oceans of the world.

"If as humans we plan to set up Moon and Mars bases, doesn't it make sense that an alien species may have done the same to the Earth however long ago?

"And that if they had been here in our deepest oceans trenches for a long time that they would not want to see their habitat destroyed by a nuclear war that would render the planet uninhabitable for humans and for their kind as well.

"As if to demonstrate the folly of nuclear weapons UFOs have at times appeared to demonstrate to the authorities that they are messing with fire."

US intelligence services officially closed the book on the phenomena in 1969 at the conclusion Project Blue Book - which stated there was nothing to see regarding UFOs.

However, in the last three years there has been an abrupt turnaround as the Pentagon took the unprecedented step of confirming three stunning UFO videos filmed by the US Navy.

And the UFO report - which was commissioned by Congress - is being compiled by the UAP Task Force, who were given a 180 day deadline in December which is due to expire this month.

Competing theories on the strange videos continue to rage – with some grounded on Earth claiming the videos capture never-before-seen military aircraft or drones, while others claim it shows otherworldly craft possibly piloted by aliens.


There are more secrets in this document than there are in Area 51. pic.twitter.com/ey8q0lvMlu

&mdash The Office on Peacock (@theofficetv) August 20, 2019

Some of that mystery and conspiracy theorizing is warranted. It’s a sprawling and classified compound in the middle of nowhere. Its existence goes hand-in-hand with secret projects, powerful weapons, and cones of silence. Some conspiracy theorists even believe it to be a place where alien ships are back-engineered, powerful weapons developed, and aliens themselves tested on.

What is Area 51?

“Area 51” (nobody who works there calls it that) is a classified Air Force testing facility in the Nevada Test and Training Range . It has about 1,000 employees, six airstrips, and a variety of other facilities about which little is known.

Why are there so many Area 51 conspiracy theories?

In the early 1950s, the Atomic Energy Commission bought a huge tract of Nevada desert and parceled it into numbered Areas upon which to drop atomic bombs. When the CIA needed a place to test a high-flying spy plane, they were given an unused Area, and they draped a veil of secrecy on the place.

Over the next few decades , the CIA used the facility to test secret and classified planes. These flights coincided with the beginning of the “flying saucer” craze and started Area 51 on its way to prominence in conspiracy culture.

Why did Area 51 have so many UFO sightings?

The strange planes were occasionally spotted by the public , flying much higher than known planes could, and with triangular or cigar shapes. Many gave the appearance of gleaming silver or being surrounded by fire. All of the odd plane sightings gave the Nevada desert a reputation as a place where weird stuff happened out in the open.

But then, nobody really knew the place existed, because it was still classified. That would change in the 1980s, with the popular conspiracy theory that the government was covering up an alien crash at Roswell, New Mexico.

The incident in Roswell took place in 1947. In real life, a secret balloon designed to measure nuclear blast radiation crashed.

Wanting to keep what they called “Project Mogul” a secret, the Army Air Force initially called the object a “flying disk,” then changed to a weather balloon when UFO-obsessed locals and press ran with it

In 1980, two UFO researchers wrote an explosive book called L'incident de Roswell, alleging that the government had hidden the crash of a saucer full of large-eyed, child-bodied, gray aliens. A few years later an elderly mortician who saw an Unsolved Mysteries episode about Roswell called a UFO hotline, claiming to have worked on the dead alien bodies.

With Roswell mythology going full throttle, Area 51 conspiracy theories started in earnest.

Then, in 1989, a whistleblower going only by “Dennis” told a Las Vegas TV reporter a fantastical tale involving alien secrets of the highest nature being kept at Area 51.

Dennis claimed to work in mountainside hangar called S-4. His job was back-engineering a disc-shaped alien spacecraft to reveal its secrets—the same craft that crashed at Roswell. And everything “Dennis” claimed dovetailed with the UFO sightings that had gone around Nevada for decades: anti-gravity propulsion, the ability to change directions on a dime, invisibility, and flights far higher than any known craft.

According to his claims, “Dennis” was in the middle of it all . He told the reporter he’d taken part in test flights of nine different alien craft, had been briefed on a ten thousand-year-long alien war that Earth was a player in, and been involved in the explosion of an alien material called “Element 115.”

He spent years piling on details about sophisticated hand scanners, secret paychecks, being issued a gun, and telephone monitoring until the story finally hit the mainstream.

Bob Lazar's supposedly top-secret hand-scanner from the 1980's, that @JeremyCorbell "discovered" for his film, was seen by tens of millions of people in 1977 in the film "Close Encounters of the Third". @joerogan https://t.co/sxA2c5a5HC pic.twitter.com/hbGY7LPFMD

&mdash Mick West (@MickWest) July 28, 2019

It was timed perfectly with the increasingly popular story of the “UFO cover-up” at Roswell. But the story went big time in mainstream conspiracy culture on Dec. 12, 1992 , when Art Bell had the figure on his iconic program “Coast to Coast AM.”

Within a few years, “Dennis” was a key figure in UFO mythology. And then it started to get really strange.

How weird did Area 51 conspiracy theories get?

By the mid-1990s, the initial story from “Dennis” had taken on a massive number of conspiracy theories in its wake. Some of these were:

  • That Area 51 was responsible for cold storage of the alien bodies taken from the Roswell crash
  • That it was the site where the government faked the moon landings
  • That the “child aliens” kept at Area 51 were mutated Soviet midget pilots sent by Stalin to stir panic in the United States
  • That the cover-up of the Roswell aliens was part of a massive government apparatus called “ Project POUNCE ” designed specifically to keep alien contact from the public
  • That Area 51 is where the government tests secret laser weapons it uses to start forest fires
  • That a massive network of tunnels containing trains led from Area 51 to secret underground bases where aliens were experimented upon
  • That employees flew in and out from Los Angeles on unmarked planes with no FAA designation

Have any Area 51 conspiracy theories proven true?

The UFO-crazed public of the 1950s was right to be intrigued by what was going on in the Nevada desert—because those flying saucers were actually some of America’s most advanced airplanes. And the reason we know is that the government made its first declassification of Area 51 documents in 1991. The high-flying, cigar-shaped UFO was the U-2 spy plane, while the triangular-shaped planes turned out to be the SR-71 spy plane and early concepts of the stealth fighter.

And the “unmarked planes” that flew Area 51 employees in on? While the details are classified, the flights do exist, and the base has even put out public hiring notices for pilots.

As for the rest? None of them are true. Former Area 51 employees have had their confidential agreements lifted, and in 2013, the CIA finally officially acknowledged the existence of Area 51 thanks to a Freedom of Information lawsuit. The documents that followed held no secrets about aliens or UFOs. Indeed, many former employees didn’t like the conspiracy theories that swirled around their work.

So who was “Dennis?”

Area 51 whistleblower “Dennis” turned out to be a UFO enthusiast named Bob Lazar who briefly worked as a consultant at Los Alamos National Lab. Little of what he’s spoken of over the decades has been proven, yet the UFO community still holds him up as a key figure in the mythology of Area 51.

As recently as June 2019, Joe Rogan had Lazar on his hugely popular podcast to talk aliens and anti-gravity tech.

Does Body Language Prove Bob Lazar Actually Worked On Alien Spacecraft A… https://t.co/jsPQL0REmt via @YouTube

&mdash Joe Rogan (@joerogan) August 1, 2019

Does this mean that Area 51 isn’t classified anymore?

Much of the secrecy is off Area 51. And with it, some of the strangest conspiracy theories have dissipated. But whatever is currently being worked on there is still classified, and radio traffic there is still coded to mask the names and types of planes flying in and out.

In February 2018, two amateur UFO spotters made national news when they captured footage of two F-16 fighters appearing to dogfight a triangular craft jumping around in the sky over Groom Lake near Area 51. Naturally, the Air Force had no comment on the incident.

  • ‘Storm Area 51’ creator has new plan: Alienstock
  • People are planning to storm Loch Ness in hopes of finding Nessie
  • Forget Area 51—People are planning to storm the Bermuda Triangle
  • It’s too late to book a room for the Area 51 raid

Mike Rothschild

Mike Rothschild is a writer who specializes in researching and debunking conspiracy theories and fringe beliefs. He also writes about politics, history, and breaking news.

Government’s big UFO report is a big letdown

‘Hillbilly Elegy’ author roasted for tweeting that generals shouldn’t read about white rage

‘I can’t teach about racial equity’: Teacher angers conservatives with TikTok videos on critical race theory

Madison Cawthorn goes viral for getting American history wrong… again


"Or that they are biological, but their 'gray' appearance is a suit and not the actual body. Imagine other life-forms looking at our astronauts saying, 'Here come the marshmallow cyclops creatures again.'"

"There is a very simple explanation as to why abductees independently described 'gray aliens' as looking the same. They are abstracting residual memories left over from being infants and looking up at adults. Before an infant's visual cortex is fully developed, an adult human looking down at them would appear rounded and gray in color with large eyes. Cross that indistinct memory with a sleep state subconscious and standard psychological patterns, and boom: alien abduction. It also explains the sensation of being lifted, examined, and probed."


Voir la vidéo: OVNIS dossiers révélés: alerte rouge